1111
  • Article publié le 13 octobre 2022
  • /
  • 517 visites

CGT Fonction publique | A l’offensive pour nos droits et libertés, nos salaires, nos retraites, les services publics

Réunies ce 12 octobre, les commissions exécutives des trois composantes de la CGT Fonction publique — Union fédérale des Syndicats de l’État, Fédération des Services publics, Fédération de la Santé et de l’Action sociale — affirment leur soutien plein et entier à la grève des travailleuses et travailleurs des industries pétrolières.

Elles condamnent les réquisitions ordonnées par le gouvernement, qui constituent une atteinte inacceptable au droit de grève garanti par la Constitution. Une fois de plus, le gouvernement agit en fonction des seuls intérêts du grand patronat, en acceptant d’ailleurs qu’il laisse pourrir la situation par son refus d’ouvrir des négociations avec les représentants syndicaux des grévistes.
Nous appelons nos syndicats à manifester leur solidarité concrète, par leur présence auprès des grévistes, par la participation aux initiatives de soutien à la grève et contre la répression, par le soutien financier à la lutte.
Avec les personnels de nos champs professionnels, c’est aussi en élevant le rapport de force pour la satisfaction de nos revendications que nous apporterons notre contribution à la lutte exemplaire engagée dans les industries pétrolières.

Dans l’immédiat, nous appelons à construire avec les personnels la participation la plus large possible à la journée interprofessionnelle de grève et de manifestation du mardi 18 octobre 2022 pour la défense du droit de grève, l’augmentation des sa-laires et nos droits à la retraite. Des préavis sont déposés pour les trois versants de la Fonction publique.

Une telle situation appelle la construction résolue du rapport de force par le débat avec les personnels dans le cadre des heures d’information syndicales et assemblées générales, par la recherche de l’unité la plus large possible sur la base des exigences revendicatives.

Les luttes locales et sectorielles se développent, notamment sur la question salariale. Les journées d’action des 22 septembre dans la Santé et l’Action sociale, celle du 29 septembre au plan interprofessionnel, celle du 6 octobre dans la petite enfance, ont démontré la disponibilité des personnels pour la lutte.

La marche nationale contre la vie chère et l’inaction climatique le 16 octobre prochain à Paris est inscrite à l’agenda de nombre de nos militantes et militants. Nous relevons que celle-ci rencontre un écho indéniable et constitue de fait une étape dans la construction du rapport de force. En convergence avec les forces associatives et politiques engagées dans cette construction, la participation de militantes et militants syndicaux, du plus grand nombre, à cette marche sera de nature à continuer de donner de la visibilité aux exigences revendicatives.

Une fois de plus, nos droits à la retraite, les régimes spéciaux, dont la CNRACL, le FSPOIE, le code des pensions civiles et militaires, sont dans le viseur du gouvernement. Compte tenu de sa volonté de repousser l’âge légal de départ à 65 ans et du calendrier très serré qu’il prévoit, il s’agit de préparer un affrontement du niveau de celui qui a permis d’empêcher en 2019/2020 la mise en place du système par points. Le mois de novembre doit être préparé comme un temps majeur d’élévation du niveau rapport de force pour empêcher tout nouveau recul et gagner de nouveaux droits.

Les élections professionnelles du 1er au 8 décembre prochain, et la campagne électorale sont aussi une étape de lutte et d’expression des revendications.

Dans ce cadre, nous ferons de la journée du 22 novembre une journée de mise en visibilité de notre campagne électorale avec l’objectif d’une conférence de presse dans chaque département, en lien avec nos structures interprofessionnelles, permettant de présenter nos listes, nos revendications, et de mettre partout et de manière simultanée l’accent sur l’enjeu citoyen de nos élections professionnelles et l’importance de la participation. En fonction de l’évolution de la situation revendicative, cette journée pourra bien entendu prendre aussi, en complément, la forme d’initiatives de lutte.

Dès maintenant, dans la fonction publique, construisons l’indispensable processus de mobilisation inscrit dans la durée, par la grève et les manifestations, pour gagner sur les salaires, l’égalité professionnelle, les retraites, les services publics !

Tract en pièce jointe



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20