1111
  • Article publié le 26 avril 2022
  • /
  • 366 visites

FDSP-CGT | 1er mai, l’heure est à la mobilisation

Le 1er mai 2022, journée internationale des travailleuses et des travailleurs, ensemble réaffirmons nos revendications : pour la paix et contre toutes les guerres, pour l’amitié, la solidarité, l’entraide entre les peuples et les travailleurs de toutes origines, contre le racisme et la xénophobie qui sont les outils de la division. Le 1er mai, réaffirmons notre refus de tout consensus, de toute « union nationale » avec les fauteurs de guerre, avec ceux qui remettent en cause nos conquis, qui veulent privatiser nos services publics, supprimer nos statuts, nous appauvrir, nous précariser !

Depuis des années, notre pouvoir d’achat est en chute libre… et Macron nous promet qu’il va continuer … mais rien n’est jamais écrit à l’avance !

Lorsque Macron parle de dégel du point d’indice, c’est pour poursuivre sa transformation-démolition de la Fonction publique. Il a annoncé que les collectivités devront faire un « effort » de 10 milliards d’euros d’économies pour redresser les finances publiques, qu’il a lui-même contribué à assécher. Une fois de plus, c’est la masse salariale qui sera la première impactée par ces nouvelles mesures d’austérité. Pendant ce temps-là, le CAC 40, le club des amis de Macron, se porte à merveille.

Lorsque Macron parle de la nécessité de faire des efforts, cela veut dire nous faire travailler plus longtemps, avec moins de congés, allonger nos carrières, nous voler plusieurs années de retraite tout en multipliant les primes à la tête du client pour mieux nous diviser.

Le quotidien des 1 900 000 agent·es de la territoriale ne cesse de se dégrader : perte de sens du travail, pressions de plus en plus importantes de nos employeurs, salaires bloqués et conditions d’existence de plus en plus difficiles, manque de reconnaissance. Dans toutes les mairies, dans les conseils départementaux, les métropoles, les établissements intercommunaux, dans les régions, dans les SDIS, les établissements publics de santé, du logement, dans le secteur de l’eau, de la thanatologie, nous avons toutes les raisons de rejeter cette politique. Nous ne sommes pas nés pour subir ! Ce que nous voulons est pourtant simple. C’est pouvoir travailler dans les meilleures conditions, avec une garantie de carrière, avec des salaires qui évoluent de manière significative et pouvoir profiter d’une retraite en bonne santé.

Tout cela passe par :
- l’augmentation immédiate du point d’indice de 10% et vers le rattrapage de ce qui nous a été confisqué depuis 12 ans !
- la retraite à 60 ans à taux plein, fondée sur la solidarité intergénérationnelle et le maintien de notre caisse de retraite, la CNRACL ainsi que de tous les régimes. La retraite à 65 ans ou 64 ans, il n’en est pas question !
- l’augmentation immédiate de 10% des effectifs sur le plan national : partout établissons la liste de nos besoins en personnel supplémentaire pour le bon fonctionnement de nos services, pour rendre le meilleur du service public à nos usagers !
- la reconnaissance des qualifications, la refonte de la grille des rémunérations, la reconnaissance de la pénibilité de nos métiers.
- le retour au statut, à nos CAP de plein exercice, le maintien de nos CHSCT, ce qui passe par l’abrogation de la loi dite de transformation de la fonction publique.
- l’arrêt de tous les processus de privatisation, dont font partie les « délégations de service public »…

Par la mobilisation du monde du travail : salariés du public, du privé, retraités, sans emploi… nous pouvons imposer nos revendications, qui sont toutes légitimes et réalistes ! L’argent existe ! En ce qui nous concerne, pour permettre à l’ensemble des territoriaux de défendre ces revendications, pour les réaffirmer à tout nouveau gouvernement à venir, la fédération CGT des services publics a décidé de déposer un préavis de grève sur toute la durée du mois de mai.

En préparant le 1er mai, journée internationale des luttes des travailleuses et des travailleurs, et dès le 2 mai dans nos collectivités et établissements, à nous d’engager la construction du rapport de force, seul à même de rendre possible, ce qui est pour nous nécessaire et vital !

Documents joints

1 tract_1er_mai pdf

2 tract_1er_mai_paris pdf

3 tract_1er_mai_word_2_ docx



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20