1111
  • Article publié le 1er août 2022
  • /
  • 74 visites

76 | CGT Territoriaux de Rouen : Après " le vol " de nos congés, RTT, le Maire s’attaque à notre demi-journée du 30 août !

Nous devons vous rappeler l’historique de l’octroi de cette demi-journée qui faisait référence à la libération de la ville de Rouen des mains des nazis, le 30 Août 1944.

Cette demi-journée n’a jamais été offerte, c’est une décision politique qu’avait pris le Maire de l’époque à la demande de la CGT il y a plus de 50 ans afin de garder en mémoire les dégâts de cette guerre.

Un petit rappel historique, en 1940, les allemands vont envahir Rouen et en 4 ans la Ville va subir 25 bombardements, Rouen va subir l’effet du feu. Les allemands vont cibler des points stratégiques et détruisent le cœur de la ville, la cathédrale flambe, la rive gauche est un amas de ferraille.

En 1944, c’est une image apocalyptique que les survivants ont, tout est détruit, il n’y a plus rien. Rouen a été une des villes qui a le plus souffert des bombardements.
Plus de 20 000 civils tués pendant ces 4 années. Les oubliés de la Libération sont les victimes de nombreux bombardements.

Le 30 Août 1944, Rouen est libérée.

Voici quelques dates importantes qui montrent l’importance de ne pas effacer notre devoir de mémoire et encore moins le retrait de cette demi-journée :

06/05/1942 - Rafle des Juifs de Rouen et de sa banlieue du 6 au 7 mai 1942. 71 personnes arrêtées sont internées à Drancy avant d’être déportées vers Auschwitz. 15/01/1943 - Rafle des Juifs de Seine-inférieure du 15 au 17 janvier 1943. Plus de 200 personnes, dont des enfants, sont envoyés à Drancy. Ils seront déportés vers Auschwitz et Sobibor. Il n’y aura que deux survivants en 1945.
08/03/1943 - Du 8 au 28 mars, bombardements aériens alliés sur Rouen. 24/08/1944 - Louis Alie (inspecteur de police à Rouen, chef des brigades "antiterroristes") fuit, le 24 août "antiterroristes"), avec les Archives de la Gestapo vers l’Allemagne.

Le Maire s’empresse de nous supprimer cette demi-journée pour laquelle les agents attachent de l’importance, les plus anciens comme les plus jeunes.

Il se cache derrière cette loi de la transformation de la fonction publique et le passage aux 1607 heures. UNE HONTE !

Si le Maire, nous avait laissé cette demi-journée, est ce que vous croyez que le Préfet lui aurait dit attention « Vous êtes hors la loi » ! Exemple en Moselle et d’en d’autres collectivités maintien de ces jours.

Arrêtons de croire que le Maire se soucie de nous. Il a aucun lien avec les agents, dès qu’il peut nous supprimer quelque chose il y va les yeux fermés, la seule chose qu’il sait faire c’est de parader devant les médias à coup de « MOI JE » comme récemment lors de la traversée du funambule, il était euphorique de passer en direct sur BFMTV.

Par contre aucun mot pour son personnel qui était sur le dispositif dès 4h30 du matin jusqu’au soir tard et dès le lendemain matin pour la fête du fleuve. Et que dire des règles de travail qui ne sont pas respectées mais qu’importe du moment que le résultat est là !

Voilà, comment votre cher Maire vous remercie une fois de plus, en vous « volant » la demi-journée du 30 Août, alors qu’elle apparaissait encore tout récemment sur INCOVAR.

Comment ne pas être en colère avec un comportement comme celui-ci, avec une personne SANS ÉTAT D’ÂME.

Avec des personnes incompétentes une fois de plus qui sont à la barque de la ville et qui mettent tout en œuvre pour nous écœurer et nous dégoûter de notre travail.

Nous le voyons dans tous les services et toutes les catégories, il n’y a jamais eu autant de départs, et le MAIRE S’EN CONTREFOUT.

Les années à venir ne vont pas être bonnes avec un Maire comme celui-ci, qui est pour la casse de nos conditions de travail ce qui aura une incidence sur le service rendu au public.

Documents joints

1 01_08_22_tract_30_aout pdf



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20