1111
  • Article publié le 1er mars 2022
  • /
  • 83 visites

59 | CGT Territoriaux Lille - Hellemmes - Lomme : Lettre ouverte aux Maires et élu.es de la la collectivité contre l’application des 1607 heures

Lille a longtemps été considérée par beaucoup de gens comme un symbole de la lutte pour la diminution du temps de travail. Aujourd’hui, avec la mise en œuvre scrupuleuse de la Loi de transformation de la fonction publique, le constat est amer pour les agent·es de la collectivité de Lille, d’Hellemmes et de Lomme.

Nous voulons redire notre attachement à deux principes : la réduction du temps de travail au nom de l’épanouissement et de l’émancipation individuels et collectifs, pour une meilleure articulation entre vie personnelle, familiale et vie professionnelle ; le partage du temps de travail comme moyen collectif et solidaire de lutte contre le chômage de masse.

Ces deux principes sont au cœur du combat progressiste depuis des décennies.
Pour la première fois, la collectivité acte une mesure consistant à augmenter le temps de travail légal des agent· es.
Et cela sans prévoir aucune contrepartie.

Vous auriez pu faire le choix, au nom de ces deux principes, de vous opposer jusqu’au bout à cette Loi, et de les défendre devant les tribunaux si nécessaire, au nom de la libre administration des collectivités territoriales garantie par la Constitution, comme s ’y est préparé par exemple le maire de Bonneuil-sur-Marne.

Vous auriez pu faire le choix de limiter au maximum cette augmentation du temps de travail effectif en défendant des jours de congés de compensation au titre des sujétions pour l’ensemble des agent·es, comme l’a défendu la maire de Paris.

Vous auriez pu envisager, alors que l’inflation progresse encore et que le point d’indice stagne toujours, une augmentation de la rémunération des agent·es comme l’ont prévu les maires de Lyon (7 millions d’euros débloqués pour une augmentation moyenne de 600€/an brut pour les agents de catégorie C) et de Saint-Nazaire (augmentation du traitement, sans jours de congés perdus, en compensation des dix minutes travaillées en plus chaque jour).

Beaucoup d’agent·es ne comprennent pas cette mesure injuste et « à contre-sens de l’Histoire ».

Beaucoup se sentent déconsidéré·es et abandonné·es face à cette absence de volonté de contrer ou au moins amortir les effets de cette Loi.

Et certain·es ont d’ores et déjà décidé de quitter la collectivité à cause de règles de mise en œuvre inutilement restrictives et rigides, là où une application souple et prenant la mesure de la réalité quotidienne des agent·es était possible !

......



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20