1111
  • Article publié le 23 juin 2022
  • /
  • 77 visites

33 I CGT Bordeaux : la lutte paye, mais pas n’importe comment

SYNDICAT CGT DE BORDEAUX MÉTROPOLE
Tél : 05.56.99.86.49 / 06.30.77.79.12 Maison des Syndicats Esplanade du 8 Mai 1945 33045 BORDEAUX CEDEX
Courriel : cgt.cub@bordeaux-metropole.frSite web : http://perso.modulonet.fr/cgtcub33
Bordeaux, le 17 juin 2022
La lutte paye ! mais pas n’importe comment
Le 1er mars dernier, nous déposions un préavis de grève en
demandant entre autres, la revalorisation de l’IFSE de certains
personnels avec une augmentation à hauteur de 50€. Bien
entendu, l’occasion faisant le larron, d’autres s’empressent, par
pétition, de surenchérir alors que l’administration nous avait
demandé de patienter pour aborder le sujet lors du comité de
suivi sur le RIFSEEP.
Avec cette surenchère, nous avons prévenu que cela allait créer
des précédents. Au regard du travail que nous fournissons
depuis plus de deux années maintenant, il était exclu que nous
laissions faire et que l’investissement de notre organisation
syndicale sur le terrain pour vous tous ne soit pas reconnue,
d’autant plus que cela remet en cause 2 protocoles signés par
nos soins (2010 et 2012). Nous avons déposé un préavis de
grève à partir du 20 juin. Nous avons été reçus en deux fois.
Le 10 juin : 1ère négociation
Absentéisme : Des plans d’actions avaient été annoncés mais
nous restions sur notre faim. Une méthode de travail avec un
calendrier a été acté afin d’aborder ce sujet en profondeur ;
Droit syndical et agressions : Il est de notre devoir de faire
respecter le statut sur le droit syndical. Les représentants CGT
étant particulièrement impactés dans les services ces derniers
temps sur l’entrave au droit syndical, nous avons alerté
l’administration sur ce fléau. Mais en élargissant, nous avons
aussi insisté sur les agressions qui ne se font plus rares. Elles sont
d’ordres de violences physiques et morales. Et là, tout le monde
est concerné. Des plans d’actions sont en cours et nous n’aurons
pas de repos tant que cela persistera. L’administration va donc
traiter cela globalement et pourquoi pas avec une charte du
comportement. Nous ne perdons pas de vue les réparations pour
les victimes.
RIFSEEP : Le vice-Président nous a annoncé qu’il mettait, avec
l’administration, une priorité au pouvoir d’achat. Nous
reviendrons sur une information plus précise après le 23 juin
puisque nous sommes reçus sur le RIFSEEP ce jour-là.
Nous avons, d’ores et déjà ces 10 et 17 juin réitéré nos
revendications faites lors des négociations du 1er mars.
SQID : NBI en attente de retour d’expertise pour l’attribution
(7 agents).
Nous avons obtenu 30€ pour les agents de la station, transit,
matériels et sites, l’apport volontaire, les centres de recyclage
5€ pour les agents de maîtrise : Nous avons pu les obtenir pour,
en plus de la station et transit, les matériels et sites, l’apport
volontaire, les centres de recyclage et le SQID.
1€/jour pour les chauffeurs PL/SPL de ces services.
Les critères de pénibilité et d’expertise ont été pris en
considération et nous avons été entendus !
Primes de poches : L’administration ne souhaite pas l’étendre et
préfère que les moyens matériel soient donnés. Que dire pour la
collecte de jour où les agents doivent, même s’ils ne sont pas
obligés, laisser propre les pourtours des poubelles ? La propreté
n’a pas été retenue non plus.
Horaires d’été : pour les agents de nettoyage des centres
matériels et sites. Pas d’objections pour la mise en place.
Ouverture de groupes de travail pour les agents en procédures
de reclassement, immersion, sureffectif.
Le 17 juin : 2ème négociation
Prime de panier : la somme allouée aujourd’hui ne correspond
plus à la réalité du coût de la vie. Nous avons demandé sa
réévaluation puisque cette somme d’environ 3,30€ est de plus,
imposée. Cependant, l’administration, au regard de l’enveloppe
allouée en urgence principalement pour le pouvoir d’achat
(RIFSEEP) estime ne pas devoir l’augmenter.
Prime de transport : Là aussi, à 19€/mois, les prix des carburants
se sont envolés. Tout comme le panier, nous avons demandé une
réévaluation. Nous avons eu la même position de l’administration
que pour le panier.
Reprise en régie du nettoyage sur tout Bordeaux Métropole :
Le marché étant renouvelé, nous ne pouvons y revenir dessus.
Mais il est indispensable que l’administration se penche sur cette
solution pour l’avenir. Nous avons les moyens humains pour
effectuer cette tâche dans nos locaux.
Collecte 1+1 : nous restons ferme sur la position d’abandon de
cette fréquence à la collecte. Nous prévoyons de futures
mobilisations.
La sécurité dans les centres de recyclage : Ce sujet fait partie des
discussions sur le volet social du plan déchets 2026. Plan d’action
en cours de déploiement : Agent de sécurité, clôture anti-
intrusion...Nous serons reçus par la Direction.
Embauches statutaires à Bordeaux Métropole : Nous voyons
trop, lors des comités techniques, des excuses de certains
services qui prétendent ne pas trouver de personnels assez
qualifiés et se dirigent directement vers des emplois précaires.
Nous pensons au contraire que tout le potentiel existe au sein de
notre collectivité. Nous avons sensibilisé fortement
l’administration sur ce sujet (saisonniers, CDD...) car il faut
remplacer aussi les départs à la retraite.
Reconfiguration des circuits de fournitures des EPI : Les
collègues concernés ne travaillent pas dans des conditions
normales. Des moyens vont être donnés afin de pallier les
dysfonctionnements. Retour des groupes de travail EPI.
Requalification des astreintes sécurité voirie qui étaient
appelées astreintes d’exploitations : Cartographie ST et voiries
Nous avons encore du travail à faire en matière d’acquis. Une
revoyure est prévue en 2023. Mais le comportement de certains
nuit aux protocoles d’accords déjà obtenus et aux avancées
pour espérer simplement élargir un électorat quitte à tout
casser ! Une fois tous les quatre ans, on les voit et ça se sent !
On ne joue pas avec les salaires des collègues à des fins électorales.



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20