1111
  • Article publié le 18 octobre 2022
  • /
  • 45 visites

59 I Le tribunal des patrons rejette le recours contre les réquisitions à Dunkerque

Communiqué de la FNIC CGT

Le tribunal des patrons rejette le recours contre les réquisitions à Dunkerque
Après le rejet, hier par le tribunal administratif de Rouen, du recours en référé contre les réquisitions du personnel de la raffinerie ExxonMobil de Gravenchon (76), une décision similaire vient d’être rendue par le tribunal de Lille s’agissant des
réquisitions au dépôt TotalEnergies de Dunkerque.
Fait rarissime, le préfet de région était présent en personne à l’audience, aujourd’hui 14 octobre. C’est dire la pression politique maximale mise sur la justice qui a par conséquent rendu dans l’urgence (référé) une décision favorable à l’Etat. La décision
ne porte pas sur le fond, à savoir si les réquisitions sont légitimes et légales, mais apporte simplement un avis défavorable sur la suspension immédiate
des réquisitions, ce que demandait la FNIC-CGT.
Nous saisirons le juge sur le fond, mais qui rendra sa décision dans plusieurs mois, nous maintenons que ces réquisitions sont contraires au droit.
En pratiquant par arrêtés de très courtes durées et successifs, le gouvernement, par son bras exécutif en territoire que sont les préfets, a mis en place une
stratégie rendant tout recours judiciaire quasiment impossible même sur des délais de référés.
Le gouvernement poursuit donc la stratégie mise en place en son temps par Sarkozy tendant à rendre les luttes des salariés invisibles ou peu perturbantes.
Pour mémoire, les réquisitions de salariés du secteur privé, une possibilité unique en Europe donnée à l’Etat et aux patrons, ont été rendues possible par la loi Sarkozy de 2010, qui, on s’en souvient, ricanait avec satisfaction « désormais, quand il y a une grève en France, plus personne ne s’en aperçoit ». Cela permet à l’Etat de
réquisitionner à tout va, comme il l’a fait dans un laboratoire privé d’analyse médicale à Rennes, ce pourquoi nous avons aussi saisi la justice.
Les réquisitions constituent une nouvelle forme de travail forcé, utilisées contre les salariés, contre leur seul recours de défense véritablement efficace qu’est la grève.
En France, on réquisitionne plus vite les travailleurs, que les milliards pour les actionnaires !
Les réquisitions, c’est tout de suite. Taxer les profits, on nous l’annonce dans les médias, mais au réel, il ne se passe rien ! Les ultra-riches continuent de se pavaner pendant qu’on envoie la police chercher les travailleurs à domicile, comme des délinquants.
Ces décisions iniques doivent nous convaincre que le dernier rempart à la répression réside dans l’extension des luttes. Déjà, des dizaines de secteurs économiques en France, dans les professions, dans les territoires, ont fait savoir que le 18 octobre devrait être une journée forte de luttes et d’exigences pour les libertés, en particulier le
droit de grève et pour la conquête de hausses de salaires face à l’inflation.
Le 18 octobre, mobilisation générale pour le droit de cesser le travail face à l’inacceptable patronal



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20