1111
  • Article publié le 8 mars 2022
  • /
  • 66 visites

45 | CGT Loiret : Mobilisation le 17 mars 2022 - Le 17 mars, la lutte continue !

En grève et en manif pour l’augmentation des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux

De l’argent, il y en a, dans les poches du -grand- patronat !

• 70 milliards de dividendes pour les actionnaires du CAC 40 ,
• Les 500 familles les plus riches de France ont doublé leur patrimoine pendant le quinquennat Macron passant de 500 à 1000 milliards d’euros.

Et pourtant, comme d’habitude, les patrons, larme à l’œil et la main sur le cœur, vous expliquent qu’il n’est pas possible d’augmenter les salaires car ils ne pourraient plus faire face à la concurrence internationale et que ce qu’ils nomment « des charges » seraient trop élevées en France. Toujours la même rengaine patronale, ressassée depuis plus de 50 ans, qui a permis aux riches de devenir très très riches et conduit l’ensemble des travailleuses et travailleurs vers un appauvrissement généralisé.

Pendant que ces profiteurs sans foi ni loi sauf celles de la loi du marché et de la concurrence libre et non faussée continuent d’exploiter les salarié.e.s et la planète, sans aucune limite, et avec le soutien des gouvernements qui se sont succédés depuis de nombreuses années, pour les travailleuses et travailleurs, c’est la double peine :
• Essence : + 25% en un an,
• Energie : + 18,6% en un an,
• Aujourd’hui, 10% des français ont recours à l’aide sociale.

Au-delà de l’indécence, cette situation de surexploitation des classes populaires est purement et simplement scandaleuse et inacceptable. Pendant que les prix et les factures s’envolent, les salaires stagnent et les pensions diminuent. Il est donc urgent de revaloriser l’ensemble des salaires et des pensions de retraite, ainsi que les minima sociaux, l’allocation chômage et les bourses étudiantes.

Touche pas à mon brut !
Attention aux arnaques (surtout en cette période d’élection présidentielle) ! Augmenter les salaires, c’est augmenter le salaire brut. Augmenter le salaire net en baissant les cotisations sociales prive la Sécurité sociale de ses ressources et ouvre la porte aux vautours du privé qui dépèceront nos systèmes solidaires d’allocations familiales, de santé, de retraite et de chômage. Celles et ceux qui vous proposent donc d’augmenter votre salaire net sans augmenter le salaire brut vous proposent en fait une baisse de vos droits. Avec la CGT, exigeons un salaire minimum à 2000 euros brut dans le public, comme dans le privé, et pas une pension en dessous de ce SMIC.

Toutes et tous en manif !
Orléans -10H30
Place de l’Etape
Montargis -10H30
Place du Pâtis
Gien -10H00
Place jean Jaures
Pithiviers -10H30
Devant la sous-préfecture

Imposons l’égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes !

En 2022, les femmes gagnent toujours en moyenne 24% de moins que les hommes. C’est comme si chaque jour elles arrêtaient d’être payées à 15H40.

Mobilisons-nous toutes et tous le 8 mars dans le cadre de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes :

- Manifestation départementale à 15H00 place de Gaulle à Orléans, avec témoignages de femmes devant la mairie d’Orléans,
- Soirée ciné débat autour du Film Debout les femmes, à 20H00, au cinéma Pathé de Saran.

Invitons-nous dans la campagne présidentielle et imposons nos revendications !

Tout augmente sauf les salaires et retraites : les tarifs des loyers, de l’électricité, du gaz, du carburant, comme de nombreux produits de 1ère nécessité explosent, notre pouvoir d’achat quant à lui diminue et notre sécurité sociale est malmenée notamment par une exonération croissante des cotisations sociales qui diminue les ressources de notre système de protection sociale. Des aides en milliards d’euros d’argent public continuent d’être versées aux entreprises dont certaines réalisent d’énormes profits. Ces cadeaux faits aux patrons ça suffit ! Pour la CGT, l’argent doit être utilisé pour une augmentation générale des salaires, des pensions de retraite, des minima sociaux et de l’allocation chômage.

Augmenter les salaires, les pensions et minima sociaux, d’au moins 400 € c’est indispensable pour bien vivre. C’est un élément essentiel pour relancer la consommation des ménages, et renforcer notre sécurité sociale, tout comme la transformation des emplois précaires en emplois stables et la fin des temps partiels imposés.

Nous exigeons la satisfaction des revendications et l’ouverture immédiate de négociations salariales pour :
- La revalorisation significative des salaires, pensions et minima sociaux,
- L’égalité salariale et professionnelle femmes - hommes,
- La reconnaissance des qualifications



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20