1111

Actions en territoire contre la réforme des retraites 2023

  • Article publié le 27 mars 2023
  • /
  • 85 visites

Lycéen·nes, étudiant·es, salarié·es, c’est tous·tes ensemble qu’on va gagner !

Appel de la 3e Coordination Nationale Étudiante réunie ce week-end à Grenoble

Vidéo de conclusion de la CNE sur Instagram ainsi que l’appel publié sur Instagram


Lycéen·ne·s, étudiant·e·s, salarié·e·s, c’est tous·tes ensemble qu’on va gagner !

Appel de la 3ème Coordination nationale étudiante réunie le 25 et 26 mars 2023 à Grenoble, regroupant des délégations de 31 établissements différents.

Face à la force de la mobilisation, le gouvernement fait semblant d’être serein. En utilisant le 49.3, en déployant sa police pour réprimer violemment et réquisitionner les grévistes en reconductible comme les raffineurs ou les éboueurs, il pensait mettre un coup d’arrêt aux grèves et à la mobilisation. C’est pourtant le contraire que cela a provoqué : la grève et les manifestations du jeudi 23 mars ont été encore plus massives que les précédentes, tandis que les manifestations spontanées se multiplient !

Le fait marquant de la journée de mobilisation de jeudi 23 mars est bien que la jeunesse, notamment lycéenne, a fait une irruption massive dans les rues. Nous appelons partout à les aider à construire leur mobilisation, dans l’unité avec les travailleurs et les travailleuses.

Des secteurs importants maintiennent la grève reconductible, notamment dans les transports, les raffineries ou les déchets. Ces grévistes jouent un rôle fondamental dans le rapport de force. Il faut tout faire pour que la grève reconductible s’étende à d’autres secteurs, jusqu’à la grève générale. En ce sens, nous appelons à rejoindre et construire les assemblées générales interprofessionnelles.

Nous réaffirmons notre détermination à obtenir le retrait pur et simple de cette réforme et exigeons la retraite à 60 ans, 55 pour les métiers pénibles et sans condition d’annuité. Nous rappelons aussi que notre colère ne s’arrête pas à la réforme des retraites : Service National Universel, loi Darmanin, mépris pour les enjeux climatiques, RSA, chômage, inflation et précarité galopante… c’est toute cette politique capitaliste de destruction de nos acquis sociaux que nous refusons.

Tabassages, gazages, agressions sexuelles, violences racistes, mutilations… Cette semaine a été marquée par un bond révoltant dans la répression des manifestations qui a atteint un pic à Saint-Soline. Celle-ci s’inscrit dans la ligne de plus en plus autoritaire du gouvernement que nous combattons. La CNE apporte sa solidarité à toutes les personnes réprimées ces derniers jours, et exige leur libération ainsi que l’abandon de toutes les poursuites à leur encontre.

Nous condamnons l’utilisation du distanciel et du contrôle d’assiduité pour exercer une pression sur les étudiant.e.s. C’est une atteinte au droit de grève ! Nous appelons les étudiant.e.s à défendre des modalités d’évaluations définies localement qui respectent ce droit ! De même, nous condamnons les fermetures administratives qui visent à attaquer le droit de réunion.

Nous n’attendons rien des perspectives institutionnelles ni des pseudo “négociations”, qui servent de portes de sorties potentielles au gouvernement. La vraie démocratie est dans la rue et dans nos assemblées à la base. Pour gagner, il faut aller au-delà des journées de 24h, contrairement à ce que propose l’intersyndicale, il faut construire la grève générale illimitée !

Face à l’extrême droite qui sert tout autant le patronat que le gouvernement actuel, et qui essaie de démobiliser par la violence, nous appelons tou.te.s les étudiant.e.s à s’organiser, en lien avec le monde du travail, pour se défendre.

Macron est isolé, lui et sa politique sont contestés de toutes parts, jusqu’au Stade de France. Nous avons les moyens de lui imposer une défaite, à lui et au système capitaliste qu’il sert, et de le dégager ! C’est pourquoi la CNE appelle à poursuivre la grève reconductible et la mobilisation dans l’unité étudiant.e.s-lycéen.ne.s-travailleurs.euses et à œuvrer à son extension.

La CNE appelle :
• à rejoindre toutes les initiatives de manifestations, déclarées ou non, d’actions, de blocages, de solidarité contre les réquisitions et à rejoindre les piquets de grèves des travailleur.euses
• à rejoindre l’appel à la grève de l’intersyndicale du mardi 28 mars et à reconduire cette grève les jours suivants.
• à faire du jeudi 30 mars une journée de mobilisation et de manifestation en direction des lycées visant à les aider à bloquer, à débrayer, à organiser des AG et à manifester. Nous invitons les travailleurs et les travailleuses à nous rejoindre lors de cette journée.

La prochaine CNE se tiendra à Paris les 1er et 2 avril. Nous appelons à se réunir en assemblée générale pour décider de nos revendications et désigner des délégué.e.s pour cette CNE.

La CNE invite tous les collectifs lycéens mobilisés à la prochaine CNE. Elle invite tou.te.s les étudiant.e.s à aider les lycéen.ne.s (notamment sur les questions logistiques) à organiser des coordinations lycéennes locales ou nationales.



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
 services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
 services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
 secteurs publics et privés du logement social ;
 secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20