1111
  • Article publié le 23 janvier 2023
  • /
  • 41 visites

75 | CGT EVSPC Ville de Paris - La ville de Paris tente de retirer une prime aux maîtres-nageurs grévistes !

En plein mouvement contre la réforme des retraites et présent dans le cortège Parisien, M. Antoine GUILLOU, adjoint d’Anne HIDALGO en charge des personnels, tente de retirer une prime aux maîtres-nageurs grévistes de la ville de Paris !

Suite au mouvement de mobilisation par la grève des maîtres-nageurs sauveteurs de la ville de Paris à l’été 2021 (en opposition à la loi de transformation de la fonction publique qui leur retirait injustement plus de 8 jours de congés sans contrepartie) qui avait fortement déplu aux adjoints aux personnels M. GUILLOU et aux sports M. RABADAN, ceux-ci ont décidé de les punir en conditionnant leur rémunération à leur participation ou non à une grève dans le cadre d’un protocole signé avec un syndicat isolé et minoritaire. En effet, depuis plus de 20 ans, les MNS de la ville de Paris percevaient une prime mensuelle proportionnelle au nombre d’activités qu’ils et elles réalisaient au cours d’un mois. La ville de Paris, afin de les sanctionner d’avoir participé à une grève largement relayée dans les médias en raison de la canicule de l’été 2021, a décidé de rendre cette prime plus coercitive en y annexant des critères d’objectifs (bonjour le service public !) et de sanction des agents grévistes. Cinq participations à une grève font diminuer cette prime de moitié, sept participations la fait disparaître.

La ville de Paris semble sciemment ignorer l’article L. 521-1 du code du travail qui interdit les mesures discriminatoires en matière de rémunération en cas d’exercice du droit de grève. Anne HIDALGO, ancienne inspectrice du travail et maire « socialiste » de la ville, refuse de recevoir les syndicats représentatifs de la ville et d’échanger directement avec eux depuis maintenant de nombreuses années. Va t-on encore après cela accuser les agents grévistes d’être des « preneurs d’otages » ou la CGT d’être un syndicat avec lequel « le dialogue est impossible » ? Qui refuse le dialogue ?

La CGT apporte son soutien au mouvement actuellement en cours dans les piscines parisiennes consistant à des fermetures des établissements sur temps de grève et à une forte baisse voire à l’arrêt des activités aquatiques qui étaient assurées (leçons de natation individuelles, cours collectifs, aquagyms, …) et appelle de toute urgence la municipalité à revenir à la raison en retirant son projet. En pleine contestation de la réforme des retraites, une telle gestion des personnels du service public est une honte.

Télécharger le communiqué ci-dessous.



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20