1111
  • Article publié le 16 janvier 2023
  • /
  • 20 visites

95 | CGT Territoriaux d’Auvers-sur-Oise - Préavis de grève pour la journée du 19 janvier 2023

Monsieur le Maire,

Le gouvernement vient de confirmer son choix de reculer l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans, d’accélérer l’allongement de la durée de cotisation à 43 ans pour avoir droit au taux plein et de mettre fin aux régimes dits spéciaux.

Alors qu’aucune urgence financière ne justifie un tel choix, le gouvernement veut imposer cette nouvelle régression aux salarié·es dans le seul objectif de dégager des marges pour financer de nouvelles baisses d’impôts au profit des plus riches et des grandes entreprises. Bruno Le Maire a publiquement invité le Medef à soutenir la réforme, génératrice de « 8 à 9 milliards d’économie au bout du quinquennat », soit le montant estimé du coût pour les finances publiques de la suppression de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises, suppression prévue en 2023/2024.

Et pendant ce temps, les entreprises du CAC 40 ont battu tous les records en versant 80 milliards d’euros à leurs actionnaires !

Le projet de Macron est largement minoritaire : près de 70 % des citoyen·nes le rejettent et sont prêt·es à s’y opposer.

L’augmentation de l’espérance de vie ne justifie en rien le recul de l’âge légal du départ.

Vivre plus vieux va dans le sens de l’histoire, c’est la logique du progrès social. Alors que notre système de protection sociale a permis d’allonger l’espérance de vie, le recul de l’âge de la retraite met en péril l’espérance de vie en bonne santé. Alors que le taux d’emploi des « séniors » est un des plus faibles d’Europe, ce recul pourrait aussi se traduire par une nouvelle augmentation du taux de chômage et de la pauvreté. Pourtant, c’est bien notre système de retraite solidaire par répartition qui contribue à un taux de pauvreté des retraité·es en France très inférieur à celui des autres pays européens.

Mené à son terme, le projet de la Macronie et du patronat conduirait à une hausse des accidents du travail, des maladies et de l’usure professionnelles, de la précarité et du chômage.

C’est aussi pour cela qu’ils attaquent le droit à l’assurance chômage et veulent conditionner le revenu de solidarité active à l’activité forcée ! C’est totalement inacceptable !

La CGT se prononce contre l contre tout recul de l’âge légal de départ à la retraite, contre tout allongement de la durée de cotisations, pour le maintien de nos régimes de retraites (CNRACL, régime général, IRCANTEC…).

Nous revendiquons :

  • Le maintien de nos régimes de retraites (CNRACL, régime général, IRCANTEC...) et leur renforcement par des recrutements statutaires et conventionnels massifs ;
  • Pour l’égalité professionnelle et salariale entre les femmes et les hommes, ce qui rapporterait 6 milliards d’euros de cotisations supplémentaires ;
  • Pour l’augmentation immédiate de 10% du point d’indice et l’indexation de la valeur du point sur l’inflation ;
  • Pour l’intégration des primes dans les traitements ;
  • Pour un retour à un départ maximum à 60 ans ;
  • L’abrogation du mécanisme de la décote ;
  • Le droit à un départ anticipé avant 60 ans pour toutes et tous les salarié·es ayant exercé des travaux pénibles et astreignants ;
  • La pension minimale à 2000 euros brut ;
  • La revalorisation des retraites et des pensions ;

Pour défendre notre système de retraite par répartition, nous appelons l’ensemble du personnel de la ville à participer massivement au mouvement de grève du 19 janvier 2023.

Télécharger le préavis de grève ci-dessous.



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20