1111
  • Article publié le 2 mai 2023
  • /
  • 50 visites

91I Lettre ouverte des grévistes du SIVOM de Varennes-Jarcy en lutte depuis le 30 mars 2023

La grève

Depuis plusieurs années, la Direction nous met la pression et méprise nos demandes.
Du côté des salariés privé, certains délégués du Comité Social dEntreprise (CSE) étaient du côté de la Direction et ne transmettaient pas nos besoins. D’autres délégués qui appuyaient nos demandes ont été licenciés. Un collègue est encore au prud’homme.
Comme nous voulions avoir des délégués au CSE, et que nous en avions assez des licenciements et des pressions des chefs, nous avons fondé cet automne une nouvelle section syndicale, en secret.
Du côté des agents de la fonction publique territoriale, nous avons créé un syndicat depuis plusieurs années pour défendre les postes de fonctionnaire et arrêter cette casse du service public. Nous voulions au moins de meilleures conditions de travail, vu que notre salaire se négocie au niveau du ministère.
Nous ne voulons plus voir des collègues partir à la retraite avant l’âge, suite à un accident ou une maladie professionnelle, que la collectivité refuse de prendre
en compte. Il est inadmissible de voir un collègue faire un malaise au volant du camion, appeler lui-même les pompiers, et au final, se retrouver en conseil de discipline pour abandon de poste.
Le 30 mars dernier, à l’appel des organisations syndicales, nous avons arrêté le travail et installé un piquet devant l’entrée du SIVOM. Nos revendications : réorganisation, conditions de travail, salaires, retraites et RESPECT DES TRAVAILLEURS. 80% du personnel technique s’est mis en grève, soit 25 % du personnel total.
Nous n’avons pas bloqué notre propre site. L’activité du SIVOM a continué malgré la grève avec les non grévistes.
Nous nous retrouvons tous les matins à 5h sur le piquet. Vers midi, l’AG décide à main levée de la reconduction de la grève. C’est notre première grève reconductible.
Le 11 avril dernier, les élus représentants du personnel, ont été reçus par une partie de la Direction qui nous a dit qu’il n’y avait plus d’argent. Des habitant.es, des élu.es, des renforts nous soutiennent un peu plus chaque jour. Nous nous rassemblons devant les mairies et sur les marchés. Nous avons organisé une caisse de solidarité. Le Président essaie de casser la grève, de nous faire peur avec des menaces de sanction. Nous restons uni.es et déterminé.es.
Atteintes au droit du travail
La Direction use de tous les stratagèmes pour casser la grève. Depuis le 30 mars, des CDD ont été embauchés « pour remplacer les arrêts maladie ».
Pourtant, l’embauche de salarié.es en période de grève est interdite.
Des mécaniciens, des responsables font des tournées pour casser la grève. Ils n’ont pas la fiche de poste pour conduire le camion. Certains non grévistes font deux ou trois tournées par jour, de 5h à 19h, ce qui est contraire au droit au travail et dangereux pour la sécurité des salarié.es et des personnes sur la voie publique.

Nous attendons la visite de l’inspection du travail.

Répression

Sur Facebook le 3 avril, Guy Geoffroy a rappelé qu’il était « en relation directe et immédiate avec le préfet de l’Es-sonne ». Nous n’avons pas fait violence aux non grévistes. Pourtant nous avons reçu la visite des agents territoriaux et de la police.
Vandalisme
Lundi 17 avril nous avons découvert que le site avait été vandalisé : des tags sur les murs et 17 camions hors service. Nous tenons à notre outil de travail et nous ne voulons pas le dégrader. Nous nous désolidarisons de cet acte et nos représentants ont demandé de suivre l’enquête avec la Direction. Pour le moment, notre demande est restée sans réponse.
Et maintenant ?
Nous demandons votre soutien. Les élu·es du SIVOM restent sourds à nos demandes alors que nous fournissons un service essentiel à la communauté.
« Il est inadmissible de voir un collègue faire un malaise au volant du camion, appeler lui-même les pompiers, et au
final, se retrouver en conseil de discipline pour abandon de poste »
Lettre ouverte des grévistes du SIVOM de Varennes-Jarcy en lutte depuis le 30 mars 2023



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
 services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
 services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
 secteurs publics et privés du logement social ;
 secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20