1111
  • Article publié le 12 juillet 2023
  • /
  • 123 visites

57 I Municipalisation du périscolaire, ce qu’en disent les agents de la Ville de Metz

Syndicat CGT des Territoriaux et des retraités(es) de la Ville de Metz, de la Métropole, de ses communes et des établissements associés.

Lettre ouverte Le 11 juillet 2023,

Monsieur Le Maire,

Mesdames, Messieurs,

Comme vous le savez, la CGT vient de terminer ses rencontres dans tous les restaurants scolaires. Nous avons pu échanger avec de nombreux agents aux profils divers, mais majoritairement des femmes, précaires.
Nous avons interpellé l’administration concernant la situation d’agents de la restauration scolaire pour lesquels nous avons demandé une CDIsation ou stagiairisation. La réponse qui nous a été apportée ne nous convient pas. D’autres choix sont possibles.
Depuis le début de votre mandat, le fonctionnement mis en place sous l’ancienne mandature n’a pas été questionné en terme de personnel. Parce que des agents du Pôle Education sont venus frapper à notre porte, nous avons décidé de mettre notre grain de sel et croyez bien que nous regrettons de ne pas l’avoir fait plus tôt. Ce que nous constatons est stupéfiant.
La politique périscolaire de la Ville de Metz repose sur moins d’une centaine de fonctionnaires, dont seulement une cinquantaine sont à temps complet. Environ 350 précaires font tourner cette politique dite publique, avec un affichage médiatique de plus de 4000 repas servis chaque jour.
Pour sortir de cette précarité, l’offre de service du Pôle est d’ "obliger" les personnels à effectuer des missions d’entretien ou de leur permettre de réaliser ponctuellement quelques heures supplémentaires. Quelle est la corrélation entre la prise en charge d’un enfant, l’animation, la restauration, l’entretien des cabines de piscine et le ménage ? Nous posons la question. Au mois d’octobre, sur ce point, nous attendons des réponses. On sait d’ores et déjà que l’administration va proposer quelques sparadraps dès la rentrée, avec l’ajout d’une heure par ci, de 10 centimes par là. Cela est fait depuis des années, et a pu endormir parfois les agents qui ont besoin de gagner plus de 300€ par mois. Cela a aussi permis d’entretenir certains discours laissant penser que la personne qui refuse une heure complémentaire préfère bénéficier d’aides sociales plutôt que de travailler. Nous condamnons cette forme de pensée.
Nous vous demandons de bien vouloir prendre attache auprès de l’administration pour solutionner les situations individuelles que nous vous avons adressées.
Vous l’aurez compris, ce ne sont que quelques situations parmi de nombreuses autres.
Aussi, lors de notre rendez-vous d’octobre, nous vous demandons de présenter un tableau anonymisé, sur l’année scolaire 2022-2023, par restaurant scolaire, sur la situation réelle de chaque agent (agent d’encadrement, agent de service, agent d’entretien, responsable et second) précisant leur type de contrat y compris l’article de référence, le nombre de contrats, la durée du contrat ou des contrats, la périodicité – annualisé ou mensualisé, le nombre d’heures permanentes, le nombre d’heures supplémentaires effectuées, le nombre de renouvellement, les lieux de travail, le revenu mensuel moyen de chacun.
Alors que l’administration a déjà informé une partie des personnels de l’infaisabilité de la municipalisation du périscolaire pour des raisons budgétaires et de relation aux associations, une majorité des agents du Pôle Education et la CGT pensent qu’il s’agit d’un projet ambitieux et réaliste.
Si vous souhaitez nous rencontrer avant le mois d’octobre pour que nous puissions vous apporter des éléments de précision, nous nous tenons disponibles jusqu’à mi-août.
Nous vous prions de croire, Monsieur Le Maire, Mesdames et Messieurs, en l’assurance de nos salutations distinguées.

Pour la CGT
Valérie PERIOLI



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
 services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
 services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
 secteurs publics et privés du logement social ;
 secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20