1111
  • Article publié le 22 juin 2023
  • /
  • 8244 visites

La Fédération CGT des Services publics dépose un préavis de grève pour les journées du 1er juillet au 31 août 2023

Objet : Préavis de grève pour les journées du 1er juillet au 31 août 2023 couvrant l’ensemble des salarié·es et agent·es des villes, départements, régions, établissements publics, métropoles, offices de l’habitat, services et entreprises de l’eau et de la thanatologie

Messieurs les Ministres,

Comme nous vous l’avons dit à maintes reprises, l’inflation est venue aggraver la situation créée par le gel de la valeur du point d’indice pour l’ensemble des agent·es de la Fonction publique. Sa faible augmentation en juillet 2022, et les mesures annoncées le 12 juin dernier sont bien insuffisantes pour préserver le pouvoir d’achat des agents.

Au-delà de l’augmentation de 1,5 % du point d’indice et des mesures pour le pouvoir d’achat, qui sont à mettre à l’actif des fortes mobilisations des agent.es, la fédération CGT des Services publics n’accepte pas que les 2 millions d’agents territoriaux, soient soumis à la "bonne volonté" des employeurs territoriaux, alors que ces mesures devraient être égalitaires dans l’ensemble de la Fonction publique.

Porter l’indice de rémunération de base au niveau de l’augmentation mécanique du SMIC sans se préoccuper de la refonte des grilles de rémunération ne fait qu’aggraver la situation pour tous les agents, toute catégorie hiérarchique confondue. L’ajout des quelques points en bas des grilles, afin de remettre de la progressivité, n’est pas à la hauteur d’une réelle reconnaissance des qualifications !

La reconnaissance des agentes et agents dans l’accomplissement de leurs missions et leur engagement quotidien doit être une priorité absolue.

La fédération CGT des Services publics porte la seule réponse adéquate et attendue des fonctionnaires et agents publics qui sont l’augmentation immédiate du point d’indice de 10 % et le rattrapage de la perte du pouvoir d’achat cumulée depuis les vingt dernières années.

Cette question des rémunérations est intimement liée à la question des retraites et nous vous réitérons nos revendications pour :

  • L’abrogation de la loi portant réforme des retraites ;
  • Le retour à un départ à la retraite à 60 ans à taux plein avec 37,5 annuités ;
  • Des départs anticipés à 55 ans ou un trimestre de départ anticipé par années d’exposition pour les salarié·es exposé·es à des facteurs de pénibilité ;
  • Un niveau de pension (taux de remplacement) d’au moins 75 % du revenu d’activité pour une carrière complète ;
  • L’application d’une politique volontariste d’égalité salariale femmes-hommes, améliorant la retraite des femmes et abondant les ressources des régimes ;
  • Une pension minimum au niveau du SMIC pour une carrière complète ;
  • L’indexation des pensions sur l’évolution des salaires et sur celle des prix ;
  • La prise en compte les années d’études au travers d’une validation des périodes de première recherche d’emploi dès l’inscription à Pôle emploi.

En effet, depuis le mois de janvier, nous connaissons le plus grand mouvement de protestation jamais vu en France depuis des décennies. Depuis le mois de janvier, des centaines de milliers d’agents publics, des collectivités territoriales et du secteur privé de l’eau, du logement social et de la thanatologie, se sont mobilisés et ont fait grève plusieurs jours, jusqu’à 8 semaines pour les éboueurs dans plusieurs secteurs.

Les nombreuses journées d’actions massives confirment le refus très majoritaire dans le monde du travail et dans toute la société du recul à 64 ans de l’âge de la retraite.

La mobilisation et l’engagement contre cette réforme injuste, infondée et inefficace sont toujours à l’ordre du jour.

Nous ne tournons pas la page !

Et concernant l’ensemble de notre champ professionnel, nous vous réitérons nos revendications pour :

 L’augmentation immédiate du point d’indice de 10% ;
 L’ouverture urgente de négociations portant sur le rattrapage des pertes et sur la revalorisation des grilles et la reconnaissance des qualifications ;
 La mise sans délai d’un mécanisme d’indexation de la valeur du point sur l’inflation ;
 L’augmentation générale des salaires ;
 L’égalité salariale femmes-hommes, mesures essentielles pour lutter contre l’inflation et financer les retraites ;
 Dans le cadre de la campagne revendicative « 10 % pour la Fonction publique » : 10 % de temps de travail en moins, 10 % d’effectif en plus, 10 % de temps de formation ;
 Pour le maintien, l’amélioration, le renforcement de l’ensemble de nos services publics et contre toutes les mesures les remettant en cause (privatisations, délégations de service public…) ;
 Pour l’abrogation de la loi de transformation de la Fonction publique.

En conséquence, la fédération CGT des Services publics reste déterminée dans la période actuelle et avec les agent·es et salarié·es du champ fédéral, s’inscrit dans tous les appels à grève, mobilisations, manifestations.

C’est pour toutes ces raisons et pour porter toutes nos revendications que la fédération CGT des Services publics prend une fois de plus ses responsabilités en déposant un préavis de grève pour les 1er juillet 2023, 2 juillet 2023, 3 juillet 2023, 4 juillet 2023, 5 juillet 2023, 6 juillet 2023, 7 juillet 2023, 8 juillet 2023, 9 juillet 2023, 10 juillet 2023, 11 juillet 2023, 12 juillet 2023, 13 juillet 2023, 14 juillet 2023, 15 juillet 2023, 16 juillet 2023, 17 juillet 2023, 18 juillet 2023, 19 juillet 2023, 20 juillet 2023, 21 juillet 2023, 22 juillet 2023, 23 juillet 2023, 24 juillet 2023, 25 juillet 2023, 26 juillet 2023, 27 juillet 2023, 28 juillet 2023, 29 juillet 2023, 30 juillet 2023, 31 juillet 2023, 1er août 2023, 2 août 2023, 3 août 2023, 4 août 2023, 5 août 2023, 6 août 2023, 7 août 2023, 8 août 2023, 9 août 2023, 10 août 2023, 11 août 2023, 12 août 2023, 13 août 2023, 14 août 2023, 15 août 2023, 16 août 2023, 17 août 2023, 18 août 2023, 19 août 2023, 20 août 2023, 21 août 2023, 22 août 2023, 23 août 2023, 24 août 2023, 25 août 2023, 26 août 2023, 27 août 2023, 28 août 2023, 29 août 2023, 30 août 2023, 31 août 2023 de 0 h à 24 h, pour l’ensemble des agent·es de la Fonction publique territoriale et pour les salarié·es relevant de la partie privée de notre champ fédéral (entreprises de l’eau et de l’assainissement, thanatologie, secteur privé du logement social).

Notre organisation est disponible pour toute négociation sur les revendications des personnels.

Dans cette attente, nous vous adressons Messieurs les Ministres, nos sincères salutations.

Pour la fédération CGT des Services publics,
Natacha POMMET


Préavis de grève envoyé le 22 juin 2023 à :

  • M. Stanislas GUERINI, Ministre de la Transformation et de la Fonction publiques
  • M. Olivier DUSSOPT, Ministre du Travail, du plein emploi et de l’Insertion


A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
 services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
 services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
 secteurs publics et privés du logement social ;
 secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20