1111
  • Article publié le 21 décembre 2017
  • /
  • 139 visites

ATSEM en colère | Le gouvernement ne veut pas reconnaître nos revendications ! [Tract]

Pour une véritable reconnaissance professionnelle, la CGT revendique :

-  L’amélioration des conditions d’emplois :
• Un taux d’encadrement légiféré nationalement sur les temps périscolaires et de restauration scolaire
• Une ATSEM à temps plein par classe, à minima
• Une formation professionnelle tout au long de la carrière
• Une réelle intégration dans l’équipe éducative
-  La résolution du problème de double hiérarchie (éducation nationale, collectivités territoriales) par la promulgation d’une texte réglementaire (loi, décret, circulaire).
-  La reconnaissance immédiate des missions éducatives des ATSEM sur le terrain et dans le référentiel de compétences CAP Petite Enfance
-  Une véritable évolution professionnelle par un déroulement de carrière sur deux cadres d’emploi (C et B)
-  La reconnaissance de la pénibilité : inscription du cadre d’emploi des ATSEM en catégorie active auprès de la CNRACL (départ anticipé à la retraite sans décote)
-  La reconstruction des carrières suite aux Accords Jacob de 2006 (perte de toute l’ancienneté)
-  Le traitement Fonction Publique à 1800 euros bruts mensuels

Pour un service public de qualité partout, pour tou-te-s,
Pour préparer l’avenir de nos enfants, il faut améliorer le présent des ATSEM !
LA CGT NE LÂCHERA PAS !

La Fédération CGT des Services Publics invite les syndicats à organiser dans chaque département, collectivité des Assemblées générales, réunions d’informations syndicales pour renforcer le rapport de force et être entendu-e-s !



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.