1111

Actions dans les EHPAD, services d’aide à domicile

  • Article publié le 17 mai 2018
  • /
  • 19 visites

Tract interfédéral du 22 mai 2018 | EHPAD-Services d’aide à domicile, défendons toutes et tous la Fonction publique et nos services et établissements pour les personnes âgées

SALARIÉ.E.S DES EHPAD ET DES SERVICES DE SOINS À DOMICILE
LE 22 MAI, TOUTES ET TOUS EN GRÈVE !

Nous devons être plus nombreuses et nombreux pour obtenir pleinement satisfaction !
Depuis de nombreux mois, les salarié.e.s, les agents, les résident.e.s et les familles ont attendu une expression du Président de la république au sujet d’un enjeu sociétal qui touche les personnes humaines vulnérables « nos ainé.e.s » sur leur prise en charge dans les EHPAD et les services de soins à domicile. Récemment, lors d’un entretien télévisé, M. Macron s’est enfin exprimé sur la situation des EHPAD. Il lui est devenu impossible d’ignorer l’urgence des problèmes à résoudre dans le secteur de l’Aide aux Personnes Âgées. Mais le Président de la République et son gouvernement se moquent du monde :
- Ils veulent supprimer un 2ème jour férié pour créer un jour dit « de solidarité » ! Inacceptable !
- Ils gèlent pendant deux ans les effets négatifs du nouveau mode de financement, mais cette mesurette ne répond pas aux besoins de financement de nos établissements !

L’incohérence flagrante de la politique du gouvernement Macron :

D’un côté, il supprime l’impôt sur la fortune – ISF(moins 3,5 milliards), la taxation sur les dividendes des actionnaires (moins 1,8 milliard) et sur les très hauts salaires (moins 0,3 milliard) ; il plafonne la taxation des revenus du capital (moins 1,3 milliard) et baisse l’impôt sur les sociétés (moins 1,2 milliard) ; il augmente le crédit d’impôt – cadeau fiscal dit « CICE » (moins 4 milliards) accordé aux patronats : au total ce sont 12,1 milliards de recettes dont les finances publiques sont privées, et il vient de supprimer la « exit tax »(cet impôt créé pour lutter contre l’évasion fiscale et qui a rapporté 800 millions d’euros dans les caisses de l’État en 2016) !

De l’autre côté, il prétend qu’il n’y pas d’argent pour répondre aux revendications des salarié.e.s ! Duplicité insupportable ! Et pire encore, il veut nous spolier d’un 2ème jour férié de congé !

Cette forte contradiction dans la politique de MACRON, président des ultra riches, légitime d’autant plus nos revendications et notre action collective !

Il s’agit pour nous toutes et tous, salarié.e.s et agents des EHPAD et des services de soins à domicile, d’obtenir maintenant de vraies négociations sur nos revendications :
- Application d’un-e soignant-e par résident-e
- Augmentation du temps passé auprès des personnes âgées à domicile
- Abrogation de la réforme de la tarification des EHPAD et la garantie de l’arrêt des baisses de dotations, avec des financements à la hauteur des besoins
- Un financement pérenne de l’aide à domicile
- Augmentations des effectifs pour de conditions de travail décentes et une prise en charge de qualité avec le maintien de tous les emplois en établissements et à domicile (y compris des contrats aidés, qui doivent être intégrés et sécurisés),
- Arrêt des fermetures d’hôpitaux gériatriques et un plan permettant de restaurer ce réseau de soins, et arrêt de fermetures d’unité de géronto-psychiatrie
- Revalorisation des rémunérations et des perspectives de carrières, dans le cadre du Statut de la Fonction publique et des Conventions Collectives Nationales, assorti d’un plan d’embauche et de formation à la hauteur des besoins
- Suppression de la taxe sur les salaires : acquittée par nos établissements, elle les prive de 4 milliards de ressources qui permettraient d’embaucher 80.000 salariés dans les hôpitaux et les EHPAD !

Les moyens financiers existent donc bien pour satisfaire nos revendications. Allons les chercher par notre action collective ! C’est le moment de s’y mettre tous ensemble !

Salarié.e.s des EHPAD et des services de soins à domicile, uni.e.s autour de nos revendications nationales, nous avons démontré que nous sommes une force ! Nous avons commencé à faire reculer le gouvernement mais il faut amplifier notre action collective ! Cheminots, électriciens et gaziers, fonctionnaires, salariés d’Air France et de Carrefour, … étudiant.e.s, retraité.e.s, … Les actions collectives se multiplient ! Car toutes et tous, nous sommes confronté.e.s à cette politique de cadeaux au patronat et aux plus fortunés pendant que nos salaires sont gelés, que des emplois
sont supprimés et que les Services Publics et la Sécurité Sociale sont bradés !

Si on veut se faire entendre, il faut employer les grands moyens !
Mettre tout le monde dans le coup de la lutte revendicative !
TOUTES ET TOUS ENSEMBLE, EN GRÈVE ET EN MANIFESTATION LE 22 MAI !
NON À LA CASSE DU STATUT DES FONCTIONNAIRES !
Non au jour de carence ! Non au salaire au mérite mais OUI à la revalorisation des rémunérations et aux perspectives d’évolution de carrière…

Tract interfédéral du 22 mai 2018 | EHPAD-Services d’aide à domicile, défendons toutes et tous la Fonction publique et nos services et établissements pour les personnes âgées


A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20