1111

Actualités des luttes 2018

  • Article publié le 5 septembre 2018
  • /
  • 541 visites

Conseil Départemental de la Drôme | Lutte gagnante des agents du collège André COTTE !

Le préavis de grève déposé a été levé ce matin après une réunion de négociations réussie, preuve de la force du collectif accompagné par notre syndicat !

Ce matin la CGT a porté les revendications des personnels du collège André COTTE pour retrouver un contexte de travail serein :

> de redonner et garantir à ces agents un contexte de travail favorable en cessant la surveillance permanente et les menaces de sanction dont ils sont l’objet depuis un an,
> La collectivité va confirmer par écrit aux agents que la note prévoyant leur mobilité contrainte "est nulle et non avenue" et s’engage à mettre en place un comportement adapté de l’équipe pour restaurer le collectif de travail

> d’annuler les sanctions injustifiées du chef de cuisine et de sa seconde,
> La sanction du chef de cuisine est annulée, la sanction de la seconde est réduite d’une mise à pied de 3 jours à un blâme qui ne portera pas sur des pratiques de l’équipe (Ces mesures étaient nécessaires à la préservation du collectif).

> de donner aux responsables techniques de proximité les moyens et l’autonomie nécessaires pour assurer leurs missions, et notamment le soutien technique nécessaire au maintien du collectif de travail,
> Le recrutement de l’animateur de proximité affecté au Nord-Drôme va permettre de travailler à l’évolution des pratiques des responsables techniques de proximité et à celle de la coordination de la Direction de l’Enseignement et des Personnels administratifs de l’Education Nationale.

> de reconduire les contrats des agents d’entretien et de restauration sur toute l’année scolaire
> Confirmation du recrutement, déjà effectif, d’un agent en emploi aidé jusqu’au’
19.08.2019 et maintien de l’agent actuellement en renfort sur la durée de l’année scolaire en lieu et place d’un autre emploi aidé. Les 3 agents contractuels en remplacement d’agents absents seront maintenus jusqu’au retour des agents concernés.

> et, puisque la badgeuse leur a été imposée pour vérifier leurs horaires d’arrivée, que les agents badgent aussi lors de leur départ et puissent récupérer leurs
heures supplémentaires.
> La collectivité rappelle qu’elle n’a pas imposé la badgeuse. C’est le gestionnaire Education Nationale qui a utilisé les contrôles d’accès comme moyen de vérification des horaires d’arrivée. Les droits des agents à récupérer les heures supplémentaires que leur impose le gestionnaire est confirmé. Il appartient aux agents de le demander à la collectivité.


Conseil Départemental de la Drôme | Préavis de grève pour les 6 et 7 septembre 2018
Publié le 30 août 2018

Madame la Présidente,

Par la présente, le syndicat CGT des personnels du Conseil départemental de la Drôme dépose un préavis de grève couvrant l’intégralité des personnels pour les journées du 6 et 7 septembre 2018 de 0h à minuit.

Nous constatons aujourd’hui une multiplication d’actes irrespectueux des agents et de l’engagement qu’ils ont montré depuis des années. Entre autres, des agents subissent des mutations d’office abusives, des menaces de révocation, des sanctions injustifiées ou disproportionnées. Ils sont parfois sollicités pour produire des témoignages contre leurs collègues, au détriment du collectif de travail (ce qui reste le fil rouge de vos choix de gestion du personnel). De plus, ce climat général nuisible en tant que tel à la production d’un service de qualité prend place dans un contexte de réduction générale des moyens des services et de difficultés d’organisation liées à ces choix comptables.

Les méthodes managériales à l’œuvre aujourd’hui dans la collectivité mettent à mal les personnels. Le collège André Cotte, à Saint-Vallier, est un concentré de celles-ci et de leurs effets sur les agents.

Nous revendiquons donc pour les personnels de cet établissement :
1) de redonner et garantir à ces agents un contexte de travail favorable en cessant la surveillance permanente et les menaces de sanction dont ils sont l’objet depuis un an,
2) d’annuler les sanctions injustifiées du chef de cuisine et de sa seconde,
3) de donner aux responsables techniques de proximité les moyens et l’autonomie nécessaires pour assurer leurs missions, et notamment le soutien technique nécessaire au maintien du collectif de travail,
4) de reconduire les contrats des agents d’entretien et de restauration sur toute l’année scolaire,
5) et, puisque la badgeuse leur a été imposée pour vérifier leurs horaires
d’arrivée, que les agents badgent aussi lors de leur départ et puissent récupérer leurs heures supplémentaires.

A l’échelle du département, nous revendiquons :

1) la fin des mutations abusives (cf par exemple le projet de muter d’office sept personnes d’un même service en dehors de tout projet de réorganisation, et sans compter les sept personnes qu’il aurait fallu muter pour les remplacer). L’arbitraire de ces décisions inquiète à juste titre les agents concernés par les projets à venir de regroupements ou de resectorisations.
2) de ne plus solliciter les témoignages d’agents contre leurs collègues. Si faute il y a, il appartient à la hiérarchie de l’agent de la caractériser sans compromettre l’avenir du collectif de travail concerné (lequel a souvent déjà été largement impacté par le premier versement de la prime au mérite),
3) de proportionner les sanctions à la faute (nous considérons que demander une révocation pour un « vol » de déchets est disproportionné, tout comme le projet de sanctionner un agent pour avoir dépassé son volume horaire de travail pour respecter les délais de réponse aux usagers),
4) de redonner aux services les moyens nécessaires à leur fonctionnement (en particulier les collèges qui ont subi la réduction des contrats aidés, et les services Enfance où des recrutements promis depuis 6 mois ne sont pas encore effectifs). La flexibilisation imposée aux personnels (routes, laboratoire, etc ... ) ne sera pas la solution pour répondre aux enjeux de production d’un service public de qualité.

Nous espérons que les négociations qu’il vous appartient d’ouvrir nous permettront de parvenir à un accord. Dans l’attente, nous appelons tous les agents du Conseil départemental à se mettre en grève et à se rassembler devant les grilles du collège André Cotte à Saint-Vallier le 6 septembre entre 7h30 et 12h30.

Nous vous prions de recevoir, Madame la Présidente, nos salutations respectueuses.

Pour le syndicat CGT,
Le secrétaire général,
Patrice Trempil



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20