1111
  • Article publié le 19 janvier 2018
  • /
  • 4 visites

Territoriaux de Villejuif (94) | La CGT dénonce la maltraitance organisée

Communiqué de presse | 19 janvier 2018

Nous savions qu’un des crédos de l’Union Citoyenne, depuis son arrivée en 2014, était de supprimer des fonctionnaires à tout prix. Nous ne pensions pas que cette formule était localement à prendre au sens littéral.

Le lundi 8 janvier 2018, un agent municipal âgé de 58 ans, désespéré par l’absence de prise en considération de sa situation professionnelle de la part de l’employeur et de la DRH, a tenté de mettre fin à ses jours dans les locaux de la Direction des Ressources Humaines. Le CHS CT, les syndicats, et l’agent lui-même s’évertuaient à demander au maire, à la direction générale et à la DRH qu’ils trouvent une solution viable depuis de longs mois, sans le moindre résultat. L’employeur ne traitait ses demandes que par le mépris, lui intimant de rester sur son poste malgré sa souffrance et contre l’avis des médecins. Notre collègue est aujourd’hui hospitalisé. Il est toujours en incapacité de reprendre son travail. À ce jour, l’employeur n’a toujours pas daigné répondre.

Déjà lors du suicide de notre collègue Thierry en février 2017, nous avions demandé que soit effectuée une enquête administrative pour déterminer la corrélation de cet acte avec ses conditions de travail. Celle-ci n’a jamais eu lieu.

Nous espérions que les choses allaient changer. C’est loin d’être le cas. L’exécutif sait que les problématiques de harcèlement sont les seules où la justice demande aux victimes de continuer de se soumettre à leurs agresseurs pour amasser des preuves, des témoignages ...

Depuis 4 ans, l’employeur ne répond pas à ses obligations légales de veiller à la sécurité et à la protection des agents sous sa responsabilité. La psychologue du travail, la médecine du travail et l’assistante sociale du personnel ont dénoncé cette situation, dès 2015. Même si le Comité d’Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail (CHS CT) a réussi à obtenir une enquête sur les Risques Psycho Sociaux, on lui refuse aujourd’hui l’accès aux résultats, et aux éléments obligatoires (taux de maladie ordinaire et professionnelle, absentéisme, turnover,...) afin que personne ne puisse ébruiter la vérité : travailler à la mairie de Villejuif devient insupportable et dangereux pour la santé. Nous avons même sollicité les services de l’état, les ministères, les alertant à plusieurs reprises de la situation à la mairie de Villejuif.

Jusqu’à présent, les agents municipaux subissaient : Chasse aux sorcières, climat délétère, harcèlement moral, rétrogradations, mises au placard, non reconduction des contractuels, non mise en stage, non remplacement des départs, amputations de salaire, injonctions paradoxales de l’exécutif, insincérité du budget Ressources Humaines, diminution drastique du nombre de formations, manque de matériel dans les services, mépris des instances consultatives du personnel, censure du panorama de presse interne, remise en cause des acquis sociaux… La liste est longue.

Aujourd’hui la situation des agents est préoccupante, 83 postes ne sont pas pourvus, 115 accidents et maladies professionnelles ont été déclarés. On nous refuse toujours le dialogue social, la communication des éléments obligatoires, notamment en matière de promotion interne ou d’avancement de grade, et l’organisation d’un comité technique spécifique ressources humaines. S’ajoute à cela un passage en force d’un nouveau régime de prime qui facilitera le clientélisme.

Il n’y a jamais eu un taux aussi important d’agents qui partent pour travailler ailleurs tant les conditions sont désastreuses. C’est le règne de la terreur.

Nous demandons que cessent immédiatement ces pratiques inhumaines !



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20