1111
  • Article publié le 26 décembre 2019
  • /
  • 141 visites

Communiqué des Organisations syndicales d’Île-de-France

En dépit de l’immense mobilisation qui s’est engagée depuis le 5 décembre, le gouvernement reste « sourd », méprise et réprime les salariés qui font grève et manifestent, les étudiants et lycéens à leur côté, avec le soutien d’une majorité de la population. En persistant à ne pas retirer son plan, le gouvernement prend seul l’entière responsabilité de la poursuite de la grève, y compris pendant les fêtes de fin d’année. Son attitude provoque une exaspération, une colère légitime de tous ceux qui sont mobilisés pour obtenir le retrait du projet et l’ouverture de réelles négociations permettant d’améliorer notre système de retraite. Les annonces du Premier ministre, à l’issue des discussions des 18 et 19 décembre avec les confédérations, confirment que le système universel de retraite par points est maintenu dans son intégralité et que, contrairement à ce qui est martelé par l’exécutif, il n’a été aucunement tenu compte des puissantes mobilisations tout comme des revendications portées par nos organisations syndicales.

A ce titre, les unions régionales CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES avec l’UNEF et l’UNL Île de France, rappellent leurs exigences du retrait du plan Macron-Philippe. Elles réaffirment que les revendications posées permettent d’améliorer le système par répartition :
- Maintien des régimes de retraites : régime général, régimes spéciaux, régimes complémentaires,
code des pensions civiles et militaires
- Retrait du plan Macron-Philippe-Delevoye
- Retour à la retraite à taux plein à 60 ans
- Taux de remplacement de 75% de la rémunération d’activité sur la base des 10 meilleures années dans le privé et des 6 derniers mois dans le public, pas de retraite inférieure au SMIC
- Prise en compte de la pénibilité, des périodes de formation et aménagement des fins de carrière
- Augmentation des salaires, égalité salariale femmes / hommes
- Arrêt des exonérations de cotisations sociales patronales, abandon du CICE
Au vu des annonces du Premier ministre, les URIF considèrent qu’il n’y a aucune raison de suspendre la grève : au contraire, l’heure est à la renforcer !

En conséquence, les Unions Régionales CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, UNEF et UNL appellent :
- Les salariés à continuer de se réunir en assemblées générales pour décider la
reconduction de la grève jusqu’au retrait du plan Macron-Philippe et de toutes
les formes d’action qui permettront de l’amplifier, comme c’est le cas à la
RATP, à la SNCF, dans l’énergie, dans les raffineries...
- A participer aux initiatives organisées dans les communes / départements
d’Ile-de-France dans la période qui vient, notamment avec un temps fort de
mobilisations le 28 décembre.
- A organiser des assemblées générales sur les lieux de travail afin de généraliser la grève, et dans ce cadre, se mobiliser par la grève et la manifestation interprofessionnelle, jeudi 9 janvier 2020 13h30 république
Toutes ces actions engagées, ou à venir, ont pour but d’ancrer la grève, seul moyen au service des travailleurs d’obtenir le retrait du projet de loi.

Montreuil, 23 décembre

Documents joints

1 Communiqué des OS d’Île-de-France pdf



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20