1111
  • Article publié le 27 mars 2020
  • /
  • 82 visites

67 | Coronavirus : A Strasbourg, les pauvres sont les premières victimes !

Communiqué de presse de l’intersyndicale du Bas-Rhin : CGT-CNT-FSU-Solidaires Alsace

Depuis les premières mesures de confinement, la situation des personnes à la rue et dans les squats de Strasbourg, déjà scandaleuse, se détériore chaque jour un peu plus.

Le SIAO, compte-tenu des moyens qui lui sont alloués, était déjà depuis longtemps incapable de proposer des solutions d’hébergement à toutes les personnes vivants à la rue.

Mais avec la fermeture des centres d’accueil de jour et le confinement dans les centres d’hébergement, il n’est plus en mesure de ne trouver aucune place, même pour les personnes les plus vulnérables : enfants, femmes enceintes, malades... Pour nombre de personnes démuni.es isolées, les maraudes et les distributions alimentaires constituent le seul contact avec des personnes susceptibles de les aider et d’échanger.

Or dans la rue, de nombreuses associations ont arrêté ou réduit les maraudes faute de protections pour les bénévoles. Les cuisines collectives ont fermé, quelques associations proposent encore des repas, mais pour combien de temps encore ?

Deux centres d’hébergement de nuit menacent eux aussi de fermer leur porte, faute de bénévoles assez nombreux.ses et sous la menace de résident.e.s atteint.e.s de Covid-19. Des cas de coronavirus ont d’ailleurs été confirmés au squat Bugatti à Eckbolsheim.

Seules des associations, des collectifs et quelques autres bénévoles continuent sur place un travail extraordinaire. Mais pour combien de temps encore ? Et dans quelles conditions ? En effet, ces volontaires ne disposent pas d’équipements de protection suffisants.

Leurs maraudes seront-elles tolérées ou bien empêchés par des policiers zélés ?
Car, déjà à la rue, ne pouvant avoir accès aux mesures d’hygiène élémentaires et de plus en plus affamé.e.s, ces femmes, ces enfants et ces hommes à la rue sont désormais confronté.e.s à des policiers qui leur intiment de respecter le confinement. Quel odieux paradoxe !

Nous exigeons donc des solutions immédiates de relogement durable et digne pour toutes les personnes vivants actuellement à la rue à Strasbourg.(ouverture de centres d’hébergement décents, salubres sécurisés et réquisitions de logements vides et/ou de chambres d’hôtel) . Sur le plan sanitaire, les personnes malades doivent être prises en charge en urgence et des mesures doivent être prises afin de protéger celles qui sont exposées au virus.
Nous interpellons la Mairie de Strasbourg, l’Eurométropole, la Préfecture et les collectivités locales, qui n’ont de cesse de se renvoyer la balle quant à l’aide aux plus démunis, afin que cesse ce drame humanitaire et que soient pris en compte, la santé et la vie des personnes en situation de grande précarité, et ce au plus vite !

Nous exigeons des moyens pour les personnels œuvrant auprès de ces populations afin qu’ils puissent effectuer leurs missions sans mettre gravement en danger leurs vies.



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20