1111
  • Article publié le 7 avril 2020
  • /
  • 33 visites

67 | Territoriaux de Strasbourg-Eurométropole - Comité technique du 6 avril 2020 en téléconférence

Etat du PCA : Il y a environ 650 personnes déployées sur le terrain et 3000 qui télétravaillent activement.
La collectivité a rappelé que, dès le 17 mars, tout le monde a été mis en télétravail, ce qui permet de maintenir les salaires, y compris les indemnités de sujétions.
Pour les vacataires, elle a rappelé que toutes les heures inscrites au planning seront payées. De même, pour les apprentis, les agent-e-s en alternance ou en insertion, leur pouvoir d’achat est maintenu.

Deux points à l’ordre du jour :

1 : LA GRATIFICATION
La collectivité envisage de donner une gratification pour les agent-e-s en 1ere ligne (définition : celles et ceux qui ont été contraints de sortir de chez elles/eux pour aller travailler) et pour la 2ème ligne : celles et ceux qui ont travaillé de chez eux et qui auraient rempli des missions autres, sur un temps de travail autre, que celles habituellement réalisées (Le DGS évoque des choses "exceptionnelles"). La règle de calcul n’étant pas très établie encore, un document devrait nous être fourni rapidement pour qu’on voit vers quoi souhaiterait tendre la collectivité.
La CGT a rappelé que, pour elle, cela n’était ni plus ni moins qu’une prime de risque (ce que récuse le DGS). Nous avons posé comme point important l’équité et aussi la vigilance sur le calcul afin que celui-ci n’aboutisse pas à ce qu’un sentiment d’injustice naisse entre les agent-e-s. Nous reviendrons vers vous dès que le tableau plus précis nous sera communiqué.

2 : LES CONGES
Il y a des discussions au niveau national pour aligner le public sur le privé : prise de congés obligatoires pendant le confinement. Pour la collectivité, le cadre général a été posé : les congés 2019 posés devaient être pris, les autres sur un CET ou reportés sous conditions d’accord du chef de service et des nécessités de service. Pour les congés 2020, les agents qui souhaitaient les annuler pouvaient le faire.
Ce cadre risque de bouger.
La collectivité attend le positionnement national. Mais il est question de la prise de congés obligatoires pendant la période de confinement entre 1 à 6 jours.
La CGT ne s’est pas encore prononcée.
Toutefois, nous avons d’ores et déjà laissé entendre qu’une telle mesure était injuste dans le sens où les salarié-e-s n’ont pas demandé à être confiné-e-s.
Pour la collectivité, il s’agit d’anticiper la fin du confinement et la surcharge de travail qui va en découler.
Le Président a invoqué la nécessité de laisser aux agent-e-s le droit de se reposer car le rythme de travail, de famille,etc .était chamboulé et que parfois les agent-e-s ne se rendaient pas compte de la nécessité de faire une halte.
La CGT a dit entendre cela, mais qu’il y avait un différence entre imposée la chose ou laisser le libre choix aux agent-e-s.
Nous reviendrons vers vous dès que des éléments plus claires seront à notre disposition.

Enfin, la CGT attend encore des réponses sur deux points qu’elle a soulevés :
- LE TEMPS DE TRAVAIL, notamment des agent-e-s qui seront amené-e-s à travailler les samedis-dimanches et jours fériés, et aussi quels seraient alors les éléments de rémunération des agent-e-s visé-e-s.
- LES HEURES SUPPLEMENTAIRES, faites entre le 1er octobre et le 31 décembre et qui devaient être récupérées avant le 31 mars.

Une réponse de la DRH devrait rapidement nous parvenir.

Prochain CT sans doute Jeudi



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20