1111
  • Article publié le 13 janvier 2020
  • /
  • 124 visites

PETITE ENFANCE | 14 janvier, rassemblement à Toulouse et devant la Sous-Préfecture de Muret

Parce que le début de la vie n’est pas à négliger.
Parce que nous voulons le meilleur pour l’accueil des enfants.
Parce que nous refusons la casse des modes d’accueil.
Parce que nous n’acceptons pas la détérioration des conditions de travail.
Parce que c’est ce que prévoit le gouvernement dans le cadre de la loi ESSOC "pour un État au service d’une société de confiance".

La CGT appelle tous les professionnel-les de la Petite Enfance à se mobiliser le mardi 14 janvier 2020.

Grâce aux rencontres entre les représentants du gouvernement, les différents corps de métier de la Petite Enfance et les organisations syndicales et à vos mobilisations de 2019, le gouvernement semble avoir reculé sur certains points figurant dans le projet d’ordonnance :
- Seuls les diplômes déjà mentionnés dans le décret de 2010 entrent dans le taux de 40/60 de personnel qualifié.
- La réduction de la surface d’accueil par enfant à 5.5m2 au lieu de 7m2 actuel touchera moins d’agglomérations qu’initialement prévu (densité ≥10 000 hab/km).

Mais la qualité de l’accueil sera dégradée.
Mais les conditions de travail seront impactées :
- Optimisation de l’occupation des places (accueil en surnombre entre 4 à 7 heures par jour)
- Accueil de 12 enfants en micro-crèche.
- Possibilité de déroger à la capacité d’accueil des A.M. (jusqu’à 6 enfants).
- Mise en œuvre de temps d’analyse de pratique seulement à titre expérimental pour 3 ans (absence de fréquence et d’organisation)

Encore et toujours des questions restent en suspens.

- Quid d’une réelle perspective de formation qualifiante (initiale ou continue) pour une promotion ou une reconversion des professionnel-les ?
- Quid des conditions de travail des professionnel-les dans un souci de « rentabilité et de productivité » des modes d’accueil ?
- Quid de la reconnaissance de la pénibilité du travail ?

Ces changements font pleinement écho à la Bataille des retraites et à la casse de la Fonction Publique. Tout est lié.

Pour que les professionnel-les proposent un accueil de qualité, il est nécessaire qu’ils se sentent bien dans leur travail et qu’ils sachent que leur départ à la retraite se fera à un âge décent. Quel-le professionnel-le s’imagine travailler jusqu’à 64 ans ou au-delà pour avoir une retraite à taux plein. ?

La CGT revendique :
- Des modes d’accueil et un service public de qualité pour la Petite Enfance.
- Des conditions de travail respectueuses des professionnel-les (taux d’encadrement de 1 adulte pour 5 enfants jusqu’à 18 mois puis 1 pour 7 enfants, pas d’accueil en surnombre).
- Un nombre de personnel adéquat en fonction des situations des enfants (handicap, maladie chronique,…)
- La généralisation des analyses de pratiques à tous les modes d’accueil avec une réflexion sur l’organisation et le financement.
- Une amélioration des qualifications des professionnel-les et un accompagnement de leur évolution de carrière.
- Une politique Petite Enfance respectueuses des enfants, des familles et des professionnel-les.

La CGT Muretain Agglo appelle à un rassemblement le 14 janvier
- à 10h à Toulouse
- à 18h devant la Sous Préfecture de Muret

Pour plus d’information, voir tracts ci-joint



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20