1111
  • Article publié le 21 octobre 2020
  • /
  • 316 visites

93 | Saint-Denis... Pour nos droits, nos acquis, ne les laissons pas faire, montrons notre colère le 3 novembre

Nouvellement élu maire de Saint-Denis Mathieu Hanotin s’est empressé d’augmenter largement le montant de ses indemnités de maire.

Dans le même temps il a décidé de baisser les rémunérations des agents, d’augmenter leur temps de travail, de diminuer leurs congés…

Mathieu Hanotin a décidé d’appliquer avec zèle la loi Macron de transformation de la Fonction publique. Cette loi remet en cause violemment nombre d’acquis statutaires des territoriaux et ouvre la voie à un démantèlement accéléré de nos services publics. Ce qui se passe à Saint-Denis annonce une offensive générale contre les territoriaux. Il a déjà annoncé aux agent-es de Plaine-Commune, dont il est Président, qu’il augmenterait leur temps de travail en réduisant leurs droits aux congés. Soutenir la lutte des agents de Saint-Denis c’est d’ores et déjà nous préparer à partout entrer en résistance.

Après Saint-Denis, le tour des autres collectivités territoriales viendra !
Depuis le 1er octobre, des centaines d’agent.es soutenu.es par une intersyndicale (CGT, FSU, SUD/Solidaires, Unsa) sont en grève contre la remise en cause de leurs acquis sociaux. La réponse de la mairie c’est le mépris, l’intimidation et la menace : remplacer des grévistes, envoyer la police, annoncer le retrait rapide des jours de grève, porter plainte pour un envahissement de conseil municipal…

Pourtant, à Saint-Denis comme dans toutes les villes de Seine-Saint-Denis, le département le plus pauvre de France, très durement touché par le COVID depuis le mois de mars, les agents territoriaux se démènent pour maintenir un service public de qualité et présent partout pour aider et soutenir la population. Ceci alors que le gouvernement annonce un « plan de relance » entièrement tourné vers les entreprises du CAC 40, sans rien ou si peu pour les salarié-es et la population.
Aujourd’hui, ce dont les agent-es ont partout besoin c’est de reconnaissance, d’emplois en nombre suffisant en particulier en diminuant le temps de travail et en gagnant les 32 heures hebdomadaires, d’emplois qualifiés et correctement rémunérés, au service de la satisfaction des besoins fondamentaux de toutes et tous.

La CGT propose à tous les agent-es de discuter de ces questions, de définir et préciser nos revendications, de décider collectivement de ce qu’il convient de faire pour établir un rapport de force en notre faveur, ce qui passe par débattre, comme l’ont fait les collègues de Saint-Denis, de la question de la grève si cela s’avère nécessaire.

ENSEMBLE DISONS NON AUX ATTAQUES
MACRON - HANOTIN !
MARDI 3 NOVEMBRE 2020 A 11h

Un préavis de grève départementale a été déposé pour toutes les villes.

RASSEMBLONS-NOUS NOMBREUX-ES DEVANT LES LOCAUX DE PLAINE-COMMUNE,

21 av Jules Rimet à Saint-Denis
CSD CGT

Documents joints

1 Préavis adressé au préfet pdf

2 Tract 3 novembre pdf



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20