1111
  • Article publié le 27 octobre 2021
  • /
  • 66 visites

93 | CGT Territoriaux de Bagnolet : Stop aux attaques contre nos acquis sociaux !

Lors du comité technique Paritaire du 27 septembre 2021, le Maire de Bagnolet a annoncé que la prime de Vie chère (prime annuelle versée en deux fois), en place dans notre collectivité depuis 45 ans, était sérieusement remise en cause. Selon le Maire, le comptable public refuserait de verser la prime sur le salaire du mois de novembre au motif que : « les délibérations existantes qui octroient cette prime ne sont pas légales ».

Comme précisé par les représentants du Personnel cette annonce est d’autant plus étonnante que cette prime n’a jamais été remise en question (une délibération est attaquable auprès du Tribunal Administratif jusqu’à deux mois maximums après sa diffusion), qu’il n’appartient pas au Trésor public de donner son avis sur les droits des salariés, qui plus est acquis depuis de longue date.

Quel est le véritable problème ou volonté de la municipalité ?

En pleine période où le coût de la vie monte en flèche (électricité, gaz, carburant, …) et alors que les salaires stagnent à cause d’un point d’indice gelé depuis des années, la plupart des agents comptent sur cette prime pour payer leurs factures, combler les découverts, plutôt que comme un plus qui « mettrait du beurre dans les épinards » pendant les fêtes ! Si le problème vient réellement du Trésorier, donc de l’Etat, cette question n’aurait-elle méritée une information claire bien en amont, plutôt que de laisser les rumeurs aller bon train depuis le début de l’été ? N’aurait-elle mérité un débat au Conseil municipal pour trouver le moyen de contrer cette nouvelle attaque à la mode Macron ? Mais le problème ne serait-il pas tout simplement ailleurs ? Ce n’est un secret pour personne, les finances de la ville sont plombées ; chacun le vit au quotidien dans son service. Ne s’agirait-il pas de tenter, une fois de plus, de faire des économies rapides sur le dos du Personnel ?

Après la fin des 35h et la perte des congés supplémentaires (tout en sachant que le débat sur le temps de travail n’est pas terminé), on nous annoncerait la suppression de la prime annuelle du jour au lendemain !? Ne s’agirait-il pas plutôt d’une première étape (de la même manière que la fin des 35h serait une étape pour généraliser l’annualisation du temps de travail) pour instaurer le « RIFSEEP », ce régime indemnitaire fondé pour partie sur les résultats, qui est en clair encore un moyen supplémentaire de creuser les inégalités salariales et une véritable arme pour les politiques d’instituer le fait du prince ? Dans tous les cas, cette prime peut et doit rester aux agents !

Ensemble, disons STOP au vol des acquis sociaux !

Il est temps de se mobiliser pour :
- En finir avec les mesures de la municipalité qui n’oppose aucune résistance à la politique Macron, une municipalité qui ne se bat politiquement pas pour mener une fronde contre les lois et décrets qui cassent le Service public (Délégation de Service public, baisse des dotations, fermetures des Services publics de proximités comme le Trésor public, la Sécurité Sociale, développement à outrance des services numériques…) et les acquis des agents (temps de travail, gel du point d’indice, retraites, augmentation des CDD et CDI au détriment des embauches sous Statut…)

- En finir avec les inégalités et l’accroissement indécent des richesses pour les « supers riches » qui, entre mars 2020 et mars 2021, ont vu leur fortune augmenter de 170 milliards d’euros, soit une hausse moyenne de + 40 %, lorsque le Smic n’a augmenté que de 0,99 % au 1er janvier 2021 !

Pas un jour ne se passe sans que de nos droits et nos acquis soient supprimés ou menacés !

TOUS EN GRÈVE POUR LE MAINTIEN DE LA PRIME DE VIE CHÈRE ET LA DÉFENSE DE NOS ACQUIS SOCIAUX !

Assemblée Générale le 03 novembre à 10h00 Place de la Mairie

Bagnolet, le 25 octobre 2021

Documents joints

1 tract_prime_de_vie_chere pdf



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20