1111
  • Article publié le 16 avril 2021
  • /
  • 92 visites

29 | Souffrance au travail des agents du Conseil Départemental dans les services sociaux

Communiqué intersyndical

Nous vous interpellons concernant la situation de souffrance au travail des agents du Conseil Départemental dans les services sociaux.

La Revue des Organisations et Processus des Territoires d’Action Sociale a été contestée par les agents des Centre Départementaux d’Action Sociale sur tout le département en 2019. Ils avaient d’ailleurs envahi l’assemblée départementale en juin pour exprimer le non-sens de cette réorganisation du travail social.

Rien n’y a fait, cette nouvelle organisation a été imposée et installée dans les services de l’action médico-sociale en février 2020, un mois avant le 1er confinement.

Aujourd’hui, les dégâts sont palpables auprès des agents, parfois résignés, parfois en colère, mais surtout fatigués, voire en épuisement professionnel (burn out). Les agents sont impliqués dans leur travail auprès des publics accompagnés et ne peuvent se résoudre à les laisser tomber.

Pourtant, la souffrance est réelle, latente et silencieuse. Cette réorganisation a amené des dysfonctionnements, des lourdeurs, des retards, là où l’efficacité était annoncée.

Ce qui a changé avec cette organisation : la spécialisation des missions, la contractualisation de l’activité avec l’usager, la désectorisation du travail social de proximité, les standards téléphoniques centralisés, les équipes sous-dimensionnés en effectifs.

En résumé, cela a induit du cloisonnement, une rupture des dynamiques de service, des obstacles à la prise en charge des situations.

Avant, les situations étaient traitées par une équipe pluridisciplinaire : assistante sociale, éducateur, puéricultrice, infirmière, psychologue. Les échanges entre les différents professionnels étaient simples et faciles et permettaient une évaluation pluriprofessionnelle de proximité des situations préoccupantes. Les agents ne se sentaient pas isolés dans leur travail. Les usagers du service social obtenaient des réponses rapides à leurs demandes.

Aujourd’hui, les professionnels sont isolés pour prendre en compte les problématiques des situations, il faut remplir un contrat pour travailler avec les familles, les enfants, les usagers galèrent pour joindre un travailleur social : il faut passer par un administratif, puis un autre administratifs, puis,… pour que peut-être un RV soit proposé dans les 15 jours... L’usager reste avec ses questions, ses inquiétudes ou s’énerve contre l’agent qui lui répond ...

Les agressions verbales augmentent dans les accueils des C.D.A.S., mais cela ne se voit pas…

La Direction est sourde au malaise des agents, aucun engagement d’amélioration n’a été annoncé lors des rencontres avec les organisations syndicales.

Pour les élus politiques et les fonctionnaires assurant la gouvernance du Conseil Départemental dirigeants, c’est la crise sanitaire la cause de tout ce qui ne va pas...

Débrouillez-vous, adaptez-vous, aller ..., ROPEZ !
Serrez les rangs, soyez solidaires, faites l’effort et après ... vous aurez l’habitude !

Documents joints

1 presse_rop_tas_greve_15_avril_2021 pdf



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20