1111
  • Article publié le 9 mars 2021
  • /
  • 42 visites

75 | CGT FTDNEEA : La remunicipalisation de la Propreté et de l’Assainissement de Paris, un choix de société !

Adresse numéro 5 aux Parisiennes, Parisiens,

La CGT FTDNEEA revendique la remunicipalisation de toutes les missions confiées aux entreprises privées, c’est un choix de société !

Notre Organisation Syndicale s’est adressée aux parisiennes et parisiens avec 4 tracts différents en 2020, qui ont ponctué la campagne des élections municipales.

Elle a rencontré l’ensemble des Maires ou Adjoints de chaque arrondissement ainsi que les Président(e)s des groupes politiques représentés au conseil de Paris ainsi que notre Élue en charge de la Propreté et de l’Assainissement Madame Colombe BROSSEL.

Nous avons fait part de nos revendications et plus particulièrement celles concernant les missions de Service Public confiées aux entreprises privées.

Malheureusement pour se faire écouter, il a fallu appeler les personnels à la grève les 17 et 18 novembre 2020. Grève largement suivie par les personnels (minorée par la ville de Paris), mais qui a abouti sur la promesse d’un agenda pour étudier l’ensemble de nos revendications. 2 réunions ont eu lieu avec le directeur de la Direction de la Propreté et de l’Eau, sans que pour cela notre revendication soit étudiée de fond en comble ! Fin de non-recevoir !

POURQUOI AUTANT DE SECRETS ET DE TABOUS ?
Le 29 janvier 2021, le Directeur annonce quelques chiffres. En 2020, le budget alloué aux entreprises privées pour la collecte des déchets ménagers et assimilés serait de l’ordre de 60 Millions d’€/an + 15 millions d’€/an pour la collecte des corbeilles de rue soit au total 75 millions d’€/an.

Madame Colombe BROSSEL annonce le 17/11/20 que la remunicipalisation complète serait de l’ordre de 70 à 80 millions €/an.

Cela fait donc une différence de plus ou moins 5 000 000 €/an par rapport au privé. Nous pensons que l’estimation de l’Élue est empirique et n’a jamais été étudiée. Nous estimons que La remunicipalisation serait donc toute bénéfique pour le contribuable. Alors, quels sont les arguments qui empêche la ville de Paris de remunicipaliser ?
Nous avons essayé de comprendre :

Les entreprises privées pour la collecte emploient 787 salariés hors intérimaires avec 247 bennes (sans compter la collecte des corbeilles de rue).

Juste un petit éclairage, sur chaque benne il y a 1 conducteur et 2 rippers soit 247 X 3 salariés = 741 salariés sachant que ceux-ci (s’ils ne sont pas des esclaves) ont des repos, des congés payés, des RTT, ils peuvent être malades ou en accident de travail. .. Les intérimaires doivent être une forte partie des salariés de ces entreprises privées, ils sont tellement plus malléables. Et, soit les salariés sont très bien payés ... Soit les actionnaires se remplissent les poches de l’argent du contribuable avec 60 €/an nous allons vous le démontrer.

Faisons les comptes, si nous remunicipalisions la totalité de ces marchés de collecte :

Il nous faut des bennes, des Conducteurs, des Éboueurs, des Adjoints Techniques (pour entretenir les bennes), des encadrants pour tout ce petit monde.

Tablons sur 247 bennes comme dans le privé = 247 Conducteurs et 494 Éboueurs (ils sont au roulement avec des repos en semaine sachant que la collecte se fait 7/7 jours à Paris) nous doublons les effectifs à embaucher pour pallier les absences diverses soit 494 Conducteurs et 988 Éboueurs, rappelons aussi que ces effectifs d’Éboueurs amèneront un plus de Propreté puisque nous sommes polyvalents et qu’avec le roulement 6/9 ils feront aussi du balayage, du lavage ...

A Paris, tous les jours, nous avons un parc de 90 bennes en régie qui restent dans les garages faute de conducteurs qui ne sont pas embauchés.

Il suffit donc d’acheter 157 bennes (247 - 90) à 150000 € la benne cela fait un investissement de 23550000 €. Les bennes sont amorties sur 10 ans soit un investissement par an de 2 355000 €/an pour 157 bennes.

Afin d’entretenir ce parc de bennes et pour pallier le manque d’effectif des Adjoints Techniques, nous proposons d’embaucher 100 Adjoints Techniques filière automobile.

De plus, pour encadrer les 494 Conducteurs, les 988 Éboueurs et 100 Adjoints Techniques nous tablons sur 160 encadrants (TSON et Personnels de Maîtrise) à embaucher.

Ce gui fait un investissement salarial de (nous avons pris comme référence les salaires moyens brutsf an cotisations salariales et patronales comprises) :

Soit pour les 494 Conducteurs + 988 Éboueurs + 100 adjoints Techniques = 1582 agents X 30 000 €fan = 47 460 000 €fan Soit pour les 160 encadrants : 160 agents X 40 000 €fan = 6 400 000 €/an
Total d’investissement salarial : 53 860 000 €/an

Soit un total investissement bennes et salarial : 2 355 000 € + 53 860 000 € = 56 215 000 €/an A cela doit s’ajouter : l’habillement des personnels, le gaz pour nourrir les bennes et l’entretien courant ...

Nous sommes tout de même très loin des 70 à 80 millions annoncés par l’exécutif et nous sommes loin des 60 millions d’€ que coûte la collecte des entreprises privées !!!
De plus, la CGT FTDNEEA propose de supprimer un doublon du Service Public. La collecte des corbeilles de rue effectuée par une entreprise privée et qui coûte aux contribuables 15 millions d’euros/an.

L’investissement total pour la remunicipalisation de la collecte des déchets à Paris serait donc de l’ordre de 41 215000 €/an !

(56215 000 € -15 000 000 €) hors habillement des personnels, carburant et l’entretien courant ...

Avec ces économies on pourrait embaucher au moins 1 000 personnels de plus et reconnaitre vraiment leurs qualifications en améliorant leur déroulement de carrière ! Cela permettrait aussi de consolider notre caisse de retraite la CNRACL, permettrait pour les salariés des entreprises privées d’être embauchés en priorité à la ville de Paris, d’avoir un statut, une garantie de l’emploi ...

On rentre dans les clous du « Paris boost emploi », avec à la clé des apprentis notamment pour les métiers de Conducteurs (tous permis) et d’Adjoints Techniques de l’Automobile, la ville de Paris participerait activement à former nos professionnels de demain sur des filières attractives et donc à la création d’emplois qualifiés et pérennes.

Il ne reste qu’à trouver un peu de place pour les véhicules soit environ 4 000 m2• Soit 667 m2 par garage puisque nous en avons 6 en régie. Mais d’autres alternatives existent ...

Le Directeur de la DPE a affirmé le 20/11/20 qu’il est possible de trouver différents garages au cœur de Paris en attendant notre plan garage qui a pris énormément de retard, allons-y ! Ce plan garage était étudié pour absorber largement 157 bennes supplémentaires.

Nous proposons que cette remunicipalisation se fasse en 2 phases : la 1ère en 2022 et l’autre en 2025 cela laisse du temps pour investir, pour s’organiser !!!
La CGT FTDNEEA démontre que c’est une question de choix politique et plus une question financière !

Soit on souhaite une société de mise en concurrence avec des sociétés privées qui font de l’or avec de l’ordure.

Soit on fait le choix d’un Service Public de qualité au service de toutes et tous.
Au-delà de la collecte des déchets, les entreprises privées se partagent la collecte des bio déchets, la collecte du verre, l’enlèvement des graffitis, le nettoiement des voies publiques, des champs Élysées, du marché aux Puces de Saint-Ouen, nettoiement des cuvettes d’arbres, le nettoiement des sites des personnes à la rue, des migrants, des marchés à la sauvette, des berges sur seine ... En fait, beaucoup de doublons du Service Public qui coûtent tous les ans au bas mot 30 000000 d’€ par an aux contribuables. Ce ne sont là que quelques exemples. Du côté de l’Assainissement, il apparait que les économies pour le contribuable seraient proportionnellement plus importantes. Car là aussi, les actionnaires des entreprises privées ont su renifler l’Eldorado dans les missions de Service Public qui rapporte. Il y a de l’argent à récupérer !

La remunicipalisation ferait écho aux applaudissements et remerciements des parisiennes et des parisiens pour nos métiers reconnus de première ligne avec la crise sanitaire ...

La remunicipalisation permettrait à l’exécutif municipal de se positionner à Gauche et non à la Gauche du Capital...

Et, la remunicipalisation collerait à un des vœux d’Anne HIDALGO : le retour des jours heureux ...

Paris, le 02 mars 2021



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20