1111
  • Article publié le 26 octobre 2021
  • /
  • 58 visites

76 | CGT Territoriaux de Rouen : Bibliothèques, non au travail le dimanche !

Les attaques contre les fonctionnaires et les acquis sociaux n’épargnent aucun secteur.

Celui de la lecture publique, et plus précisément celui des bibliothèques, a de plus le malheur de faire partie des priorités du mandat de Mr Le Maire !

Dans les faits cela se traduit par : travailler plus avec moins de moyen et de personnel, plus tard et surtout le dimanche.

Depuis la mission Orsenna, tous les moyens humains, médiatiques ou financiers, déployés par l’État et les collectivités locales sont ainsi exclusivement employés pour faire travailler les agents des bibliothèques territoriales le soir tard et le dimanche.

Les fanatiques du travail dominical ne se privent pas pour affirmer partout que les agents des bibliothèques y seraient favorables à condition d’en avoir les moyens.

A rebours de cette propagande ministérielle et patronale et de la culpabilisation des agents quant à l’accès à la culture et aux savoirs. Nous réaffirmons comme il y a quelques années, que le syndicat CGT des Territoriaux de Rouen, s’oppose au travail du dimanche.

Ces ouvertures dominicales portent et porteront gravement atteintes à nos vies professionnelles et personnelles, développeront la précarité et les inégalités de traitement sans démocratiser la lecture publique.

NON AUX BIBLIOTHÈQUES SUPERMARCHÉ

Les promoteurs de l’ouverture dominicale insistent sur le fait que ces bibliothèques seraient susceptibles d’attirer de nouveaux publics, notamment des classes populaires. Nous partageons cette préoccupation de faire des bibliothèques des lieux ouverts à toutes et tous. Mais nous contestons l’idée que l’ouverture du dimanche entraînerait une diversification des publics.

Parmi les 35 villes qui ont ouvert leurs bibliothèques le dimanche en France, plusieurs ont fermé des structures de quartier. L’accueil du public en bibliothèque mobilise beaucoup de personnes, de compétences et de disponibilité. Ensuite et surtout, ce qu’offre la bibliothèque est transportable ou dématérialisé. Le public peut donc le dimanche écouter, lire et regarder les documents qu’il a empruntés ou consulter les ressources de la bibliothèque en ligne.

Dans les bibliothèques qui ouvrent le dimanche, notamment dans les grandes villes comme Paris ou Toulouse, les personnels le confirment : leur activité le dimanche se résume à gérer l’affluence, enchaîner les prêts de documents et ranger. Cela ajoute ainsi une journée de forte affluence (en plus des mercredis et des samedis) qui génère un travail de rangement très conséquent.

Quel sens voulez-vous donner à leur métier ?

Accroître le temps consacré aux tâches de manutention, qui sont pourtant déjà importantes, développer le goût de la littérature, de la musique ou du cinéma et se consacrer au cœur de notre métier.

Le dimanche n’est pas un jour comme un autre. Le repos du dimanche est le fruit des luttes sociales qui ont construit notre présent.

Seul jour de repos commun, libéré des contraintes salariales, le dimanche permet de se retrouver en famille, entre ami.e.s, ou de participer à tout projet associatif ou militant. Un temps qui nous appartient pour enrichir notre vie personnelle.

Certes, les personnes travaillant le dimanche, disposent d’un autre jour de repos. Mais ce fractionnement des jours de repos compromet tout projet collectif et développe l’isolement social.

Nous refusons que le débat sur l’ouverture du dimanche soit l’occasion de culpabiliser les agents qui le refusent mais surtout d’ignorer le vrai débat sur la démocratisation culturelle.

Nous soutenons que pour parvenir à développer le plaisir du livre, de la musique, du cinéma... il est nécessaire d’embaucher du personnel et NON D’AUGMENTER LE TEMPS DE TRAVAIL, DE TERMINER PLUS TARD ou DE TRAVAILLER LE DIMANCHE.

Documents joints

1 20_10_21_tract_bibliotheques pdf



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20