1111
  • Article publié le 11 mars 2021
  • /
  • 40 visites

92 | Nanterre : Au lendemain du 8 mars ... on peut encore voter CGT pour la CNRACL !

Comme la situation du salaire des femmes est très dégradée aujourd’hui, les femmes sont payées 25% de moins en moyenne que les hommes, du fait :

- Du plancher collant : Temps partiels (30% des femmes y sont enfermées et 80% des salarié.es à temps partiel sont des femmes) et précarité ;
- Du plafond de verre : les femmes ont des déroulements de carrière beaucoup plus limités ;
- Des parois de verre : la moindre rémunération des métiers dans lesquels les femmes sont concentrées (tertiaire, éducation, social, santé…) ;
- De la part variable de la rémunération, c’est ce qui explique que les inégalités soient encore plus importantes chez les cadres ;

On retrouve évidemment ces inégalités à la retraite :

- Pension de droit direct des femmes inférieure de 42 % à celle des hommes (29% une fois intégrée la pension de réversion et les droits familiaux) ;
- les femmes partent en retraite en moyenne 1 an plus tard que les hommes ;
- 1 femme sur 5 attend 67 ans, l’âge d’annulation de la décote (un homme sur 12) ;
- elles subissent malgré tout plus souvent la décote, du fait de carrières plus courtes ;
- 37 % des femmes retraitées et 15 % des hommes touchent moins de 1000 € de pension brute (909 € nets). Cette situation continue à se dégrader du fait des différentes réformes des retraites.

Une vraie réforme féministe des retraites devrait donc :
- Abaisser le temps de travail pour permettre aux femmes comme aux hommes de s’occuper des enfants ;
- Revenir à la prise en compte des meilleures années (6 derniers mois dans le public) pour le calcul de la retraite et garantir un départ à la retraite à taux plein à 60 ans avec 37,5 années de cotisations. ;
- Lutter contre le sous-emploi des femmes, les temps partiels et la précarité, et mettre en place un service public de la petite enfance pour permettre aux femmes de continuer à travailler ;

Pour mettre fin aux inégalités femmes hommes : des solutions existent !
- Une augmentation générale des salaires et des pensions, avec une priorité pour les plus bas revenus ;
- Des mesures ambitieuses, urgentes et financées pour mettre fin aux inégalités salariales et aux inégalités concernant les déroulements de carrière ;
- L’ouverture de véritables négociations sur la revalorisation des métiers à prédominance féminine : « un salaire égal pour un travail de valeur égale ».
- Des créations d’emplois pour les services publics et un plan de titularisation des précaires.
- Une protection fonctionnelle renforcée pour toutes les victimes de violences sexuelles, sexistes, et la sanction réelle des agresseurs, ainsi que la prise en compte des violences conjugales détectées sur le lieu de travail ;
- Des mesures pour une meilleure articulation vie professionnelle/vie privée ;
- Un renforcement du service public de la petite enfance et des créations de places en crèche sur l’ensemble du territoire à la hauteur des besoins.

VOTER CGT, C’EST PORTER UNE RÉFORME FÉMINISTE DES RETRAITES !

Documents joints

1 Tract pdf



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20