1111
  • Article publié le 15 juillet 2021
  • /
  • 64 visites

92 |Débrayage des salariés de Gennevilliers Habitat lundi 12 juillet

La direction utilise diverses pressions pour empêcher le droit de grève de s’exercer. La direction des ressources humaines a envoyé trois messages pour demander des « précisions » sur le motif du débrayage. Cela ne la regarde pas, le préavis ayant été déposé à temps, le droit de grève peut s’exercer.

Par ailleurs, la direction générale qui réorganise la direction de la DSI a licencié la directrice de la DSI, qui était en burn-out pour raisons professionnelles depuis 5 mois. La direction générale a convoqué un CSE le 7 juillet dont l’ordre du jour portait sur un audit DSI et réorganisation DSI (procédure d’information - consultation du CSE). L’audit a été réalisé par le cabinet Mercuri Urval spécialiste en recrutement, c’est ce qui est écrit sur leur site. Le résumé de l’audit était présenté par le directeur général lui-même alors qu’il ne vient quasiment jamais aux réunions CSE, nous étions pour le moins surpris de sa présence.

La présentation effectuée semblait avoir pour objectif de justifier du licenciement. Le diagnostic était un véritable procès à charge contre cette collègue, 55 ans femme seule 3 enfants et en burnout… La direction a refusé à plusieurs reprises de communiquer au CSE le diagnostic, empêchant ainsi celui - ci de fonder son avis après une pleine information. Le coût donné pour ce fameux audit de la DSI a été annoncé en balbutiant par le directeur M. Liévin à hauteur de 40 000 €…et il est possible de douter, compte tenu de son hésitation lors de la communication du montant et puisque la facture n’a pas non plus été présentée.

Alors que seuls 2 votants sur 9 étaient présents (nous sommes en juillet) et que le CSE a toute légitimité pour demander les pièces du dossier et bénéficier d’un délai de réflexion raisonnable, ce qui a fait défaut hier, la direction a demandé un vote pour avoir un avis sur la réorganisation DSI. Cela peut être qualifié de délit d’entrave.

Pour toutes ces raisons, conditions de travail dégradées, comme délit d’entrave, les salarié-e-s de « Gennevilliers Habitat » ont débrayé lundi 12 au matin ; un rassemblement s’est tenu. Les représentant-e-s du personnel continuent de réclamer la présentation des pièces.



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20