1111
  • Article publié le 8 juin 2021
  • /
  • 77 visites

22 | Rassemblement 12 juin 2021 contre le facisme et l’extrême droite

« Plus jamais ça » a été le cri de ralliement des survivants depuis la Libération

À chaque moment économique difficile de notre histoire récente, les gouvernements qui se sont succédés ont toujours usé de la division, de la peur de l’autre, de la recherche de boucs émissaires. Ceci permet de détourner les consciences des véritables causes de ces situations, d’éviter la contestation de leurs choix et brouiller la vision de possibles alternatives.

Aujourd’hui, dans les préliminaires de la campagne de l’élection présidentielle, les discours populistes de certain.es, dont nous sommes abreuvés par les médias, instrumentalisent la question de l’immigration.

Ils amalgament délinquance et origine, diabolisent et opposent les cultures et les pratiques religieuses. Ils contribuent à banaliser les idées, les comportements et les attitudes racistes dans notre quotidien. Au point que les résultats du RN, certes très inquiétants, ne suffisent plus à mesurer l’ampleur du mal.

Or, il est utile de rappeler que l’extrême droite combat les droits des travailleuses et des travailleurs, des privé.es d’emplois, des retraité.es et leurs organisations démocratiques. C’est une mouvance politique anti démocratique, aux racines racistes et fascistes, qui a toujours été du côté des puissants de ce monde, contre les peuples.

L’extrême droite est donc l’ennemi de la CGT.
Cette notion d’essence éminemment raciste du FN/RN vise à diviser les salarié.es et à détourner la colère de ceux qui devraient au contraire se rassembler pour lutter ensemble contre les vrais privilégiés qui accaparent les richesses produites par les salarié.es.

L’absence de réponse aux revendications des travailleuses et des travailleurs de la part des gouvernements successifs, ainsi que des partis politiques qui soutiennent les reculs sociaux voulus par le MEDEF, les rend co-responsables de la situation que nous vivons, qui fait grandir l’influence électorale du FN/RN.

Celui-ci connaît en France une audience inquiétante et en augmentation. Aux élections présidentielles de 2017, 10,6 millions de voix, il améliore d’au moins 3 millions de voix son score du premier tour. En 2012, 6,4 millions de personnes et en 2002, 5,5 millions voix.

Ce mouvement n’est pas propre à la France, mais concerne également l’ensemble de l’Europe et les États-Unis.

Et pourtant, en dépit des monstruosités commises durant la Seconde Guerre mondiale par les puissances de l’Axe, l’idéologie raciste et xénophobe véhiculée par l’extrême-droite n’a pas disparue.

Face à l’extrême-droite, le mouvement syndical et la CGT en particulier n’est jamais resté inactif, comme le rappellent les manifestations antifascistes en réponse au 6 février 1934, la Résistance contre l’Occupation allemande et le régime de Vichy, la lutte contre le syndicalisme « indépendant » de la CFT-CSL, les victoires judiciaires obtenues contre les syndicats Front national au milieu des années quatre vingt-dix ou plus récemment le lancement d’une campagne intersyndicale permanente en 2014 par la CGT, la FSU, Solidaires, l’UNEF, l’UNL et la FIDL.

La CGT a toujours combattu le poison de la division porté par le FN dans le monde du travail qui, plutôt que de s’en prendre au capital, oppose les travailleurs entre eux.

On ne gagne jamais face aux idées d’extrême droite et à la haine en développant des idéologies sécuritaires et liberticides, ni en encourageant la méfiance et la peur des autres, comme avec la loi sécurité globale, la loi 4D, la stigmatisation des musulmans, le fichage des syndicalistes, la mise au pas des associations, la privation des libertés essentielles, la privatisation de la police mise au service du pouvoir plus que jamais, que Macron et son gouvernement veut imposer au peuple.

La CGT le réaffirme, l’histoire l’a démontré, lorsque l’extrême droite est au pouvoir la situation des travailleurs ne s’améliore pas ! Parce que la CGT est aussi pour une société basée sur l’émancipation des travailleuses, des travailleurs, l’égalité des droits actuels et la conquête de nouveaux, la justice sociale et la solidarité entre tous les salarié.es y compris les privés d’emploi, nous ne pouvons rester neutres, laisser faire et voir le poison de la division, du repli et du racisme se développer au cœur du salariat.

Pour ces raisons, la CGT dans l’unité, avec d’autres organisations, associations et partis politiques appellent à faire de la journée du 12 juin le point de départ de la bataille pour éradiquer les idées contre le racisme, les idées d’extrême droite, de peur et de divisions pour ensemble, avec nos différences, donner des couleurs à notre avenir et de ne pas revivre l’histoire.

Le 12 juin 2021

Les salarié.es, les privé.es d’emploi, les retraités et la jeunesse sont appelés à combattre le racisme et les idées d’extrême droite, en agissant et en intervenant dans le débat public.

Ensemble faisons une réussite des manifestations organisées dans notre département !

Rassemblements à :
Saint-Brieuc à 11h00 parc des promenades
Lannion à 11H00 devant la mairie
Rostrenen à 11H30 place du Général De Gaulle



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20