1111
  • Article publié le 13 juillet 2021
  • /
  • 65 visites

34 | CGT Territoriaux du Bassin de Thau - Section Frontignan : déclaration CGT 8 juillet 2021

À la CGT nous n’avons pas pour habitude de nous cacher derrière autrui pour répondre et prendre position.

Nous affirmons que ce n’est pas en tuant le messager que l’on efface le message. Nous, les syndicats, la CGT en première place, nous ne sommes que le murmure des embruns et du déferlement, que l’écume sur la houle et les vagues. Et la houle ce qui la créée, ce qui la génère, c’est le vent.

Le vent dans les services en ce moment même, c’est la décision unilatérale et sans préavis, de ne plus rémunérer les heures supplémentaires des agents.

Le vent en ce moment à Frontignan, c’est aussi l’absence de visibilité sur la pérennité des contrats de remplacement et la diminution drastique du nombre de saisonniers, au CTO, à l’office de tourisme, à la communication, à la culture et aux festivités, etc.

Le vent c’est également le gel de nos carrières locales pendant au moins un an, par carence de l’administration précédente, car les lignes directrices de gestion n’ont pas été votées pour le 1er janvier 2021, malgré l’obligation légale. Pas de tableau d’avancement cette année, et ce sont les agents qui paient. Comme toujours.

Le vent à Frontignan, la tempête même, c’est la nette dégradation des conditions de travail de nombre d’agents et de services.

Dans cette période, où tout se monétise, où tout se marchandise, où le bien-commun et le vivre-ensemble ne cessent de reculer sous les coups de butoir du néo-libéralisme, même les éléments naturels se monnayent. Et à Frontignan, le prix du vent c’est 1,9 millions d’euros. 1,9 millions d’euros à prendre sur le budget de fonctionnement, prioritairement sur la masse salariale. Et ce à marche forcée.

Pourquoi 1,9 millions d’euros ? Tout simplement parce que cela représente 10 % des dépenses de la Ville pour le personnel. Un chiffre rond, qui fait fi des réalités humaines et qui ne s’adapte pas au contexte et à la réalité frontignanaise.

Mais nos collègues savent qu’ils peuvent compter sur nous, la CGT ne ploiera pas sous les bourrasques, aussi fortes soient-elles.

Alors oui une toute petite minorité de personnes se sont senties pousser des ailes, spontanément ou non, pour donner leur opinion. Probablement motivées par leurs valeurs et intérêts propres. Libre à elles et eux, et même merci à elles et eux car l’immensité des agents connaissent (et reconnaissent) leurs alliés. Le travail se définit juridiquement comme un lien de subordination, mais pour certains, dans une période de réorganisation, cela peut tourner à l’allégeance et à la vassalité.

Il est toutefois assez comique de constater que le courage politique de certains grandit à mesure que s’éloigne le danger, derrière leur écran et leur clavier. Mais M. le Maire et les élus de la majorité, ainsi que les agents, savent quelle organisation syndicale a fait publiquement campagne en 2020 contre le Front National, au sein des rangs du plus grand employeur de la Ville, c’est-à-dire la mairie de Frontignan. Car l’antifascisme est au cœur de l’ADN de la CGT, car nous ne connaissons que trop bien l’Histoire.

Nos militants ont diffusé des tracts contre le FN et sa dangerosité pour le personnel, ont même organisé une réunion publique et un ciné-débat à ce sujet en février de l’année dernière. D’ailleurs il est à remarquer que ceux qui désormais s’érigent virtuellement en héraut de l’antifascisme, n’ont pas eu le cran d’être présents à nos côtés à l’époque. Car oui, nos militants l’ont fait au risque de leur carrière, à leur propre péril. Car là où le FN passe, ce sont des chasseurs de syndicalistes. Nous osons espérer que ces pratiques leur sont réservées.

Notre combat toutefois, singulier en ces temps de repli individuel, est simple et clair : la défense du personnel, qui reste et restera notre unique boussole. La défense du personnel, encore et toujours, puisque c’est l’essence même du syndicalisme qui n’a jamais été autant utile en ces temps de recul social.

La CGT est un syndicat solidaire et démocratique. Toutes les décisions prises, toutes les actions menées, ne reposent pas sur les épaules d’une seule personne mais sur un collectif composé d’individualités. Un collectif libre et indépendant avec pour principale mission de porter la voix des agents de la collectivité, dont nous sommes les représentants élus.

Si cela déplait parfois à quelques personnes, nous avons dans une très grande majorité la confiance des agents de la Ville de Frontignan et nous continuerons à nous battre pour le bien collectif et la défense de tout le personnel municipal.

La conformité aux règlements des instances du personnel, et bien sûr avant tout la volonté politique de la municipalité, sont les bases d’un dialogue social de qualité. Dans les classements internationaux, celui de la CEDH notamment, le respect des droits fondamentaux que sont la liberté syndicale et la négociation collective est un des critères principaux pour hiérarchiser les démocraties. Les syndicats n’ont pas à subir de pressions de la part de représentants de l’autorité territoriale.

Le respect du débat, de la critique, de l’opposition est au fondement de notre pacte républicain, social et démocratique, à Frontignan comme ailleurs. Sachons le préserver, l’entretenir et le faire grandir ensemble.

Les élues et élus CGT du personnel de Frontignan

Documents joints

1 declaration_cgt_08_07_2021 pdf



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20