1111
  • Article publié le 10 mars 2021
  • /
  • 121 visites

Le billet d’humeur de Christophe Prudhomme | Loisirs

Pour rester en bonne santé, nous ne pouvons continuer à subir un confinement imposant un rythme travail-repos excluant toute autre activité sociale. Ceci est particulièrement vrai pour les personnels soignants soumis à des contraintes importantes et qui ne peuvent récupérer lors de leurs périodes de repos, car ils n’ont plus aucun accès à une quelconque activité de loisir. Il devient même interdit de se promener comme nous l’avons vu récemment avec l’évacuation des quais de Seine, au motif d’une foule trop importante.

Mais qui est responsable de ces rassemblements si ce n’est ceux qui imposent un couvre-feu à 18 h dans une des villes les plus denses du monde : il est évident que toute le monde va se retrouver au même endroit au même moment ! Face à cette ineptie, il devient urgent de permettre à tout un chacun de retrouver les activités de loisir de son choix, que ce soit se promener en ville, en forêt, sur une plage ou encore aller au théâtre, au cinéma, visiter un musée ou assister à un concert, un spectacle. Se détendre, rire, applaudir ou pleurer d’émotion, échanger son appréciation sur ce qu’on a vu, lu ou entendu sont indispensables à un bon équilibre psychique.

Tout cela nous manque aujourd’hui et a un retentissement sur l’état de santé de la population avec une explosion des demandes de consultations et des prises en charge en psychiatrie. Il va bien falloir accepter de mettre ces éléments en rapport avec la situation épidémique.

Bien sûr, il faut continuer à respecter un certain nombre de gestes barrière. Mais quelle différence en termes de risque existe-t-il entre le fait d’être dans les transports en commun, au travail ou dans un magasin, un lieu culturel ? A priori aucune, ce qui a permis que les restrictions concernant ces activités soient levées dans un certain nombre de pays sans que soit constatée une accélération des contaminations.

Alors exigeons la fin du couvre-feu et la réouverture des lieux de loisirs et de culture sans délai, avec des adaptations raisonnées et raisonnables, car le rapport bénéfice/risque en termes de santé va dans ce sens.

Dr Christophe Prudhomme

Le 9 mars 2021

Documents joints

1 20210309_billet_christophe_prudhomme docx



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20