1111
  • Article publié le 18 mai 2020
  • /
  • 157 visites

Vers la semaine de 32h

Plusieurs ordonnances ont été adoptées dans le cadre de l’Etat d’urgence sanitaire. L’une d’elles permet de travailler jusqu’à 60 heures par semaine. Dans le même temps, le Medef demande à augmenter le temps de travail pour favoriser la reprise économique.

Notre organisation revendique une baisse du temps de travail avec la semaine à 32 heures

Abandon des RTT ou des congés payés, passage à 37 heures… Avec le déconfinement, la vieille rengaine patronale de l’augmentation du temps de travail se fait entendre sur les plateaux télé. Le Medef, main dans la main avec le gouvernement, demande à augmenter le temps de travail pour favoriser la reprise.

Pour notre organisation, cette solution est la pire chose à faire. «  Il y a une grosse inquiétude sur l’emploi. Des plans de licenciement sont déjà en train de se structurer. C’est donc incohérent d’allonger le temps de travail. Il faut une meilleure répartition du temps de travail », note Nathalie Verdeil, secrétaire confédérale.

Une meilleure répartition du temps de travail

Dans l’Aveyron, la direction départementale de la Poste a remis en cause d’accords locaux portant sur les 35 heures, sans dialogue social. « Elle profite de la pandémie, pour demander à l’ensemble des facteurs de changer leur durée de travail journalière, leurs repos, accepter polyvalence et flexibilité. […] Par la polyvalence et la flexibilité, elle supprime ainsi des dizaine d’emplois CDD et intérim et par la même des emplois pérennes », constate Laurence Cahors, secrétaire départementale CGT-FAPT.

Dans un contexte de chômage de masse, favoriser les heures supplémentaires est une absurdité. Déjà en 2018, notre organisation démontrait que les heures supplémentaires représentaient au moins 542 000 emplois à temps plein.

Augmenter le temps de travail signifie relancer l’économie uniquement dans l’intérêt du patronat. Nous défendons la stratégie inverse. « Dans la période, il y a un écho favorable pour aller vers le bien-être au travail »

, analyse Nathalie Verdeil.

Pendant le confinement, Airbus a mis ses équipes aux 32 heures. Les ouvriers témoignent être « plus zen », « plus à l’aise », et apprécient d’avoir le temps de former les « futurs collègues » et de « réfléchir à l’organisation de leur travail ».

Face à ces témoignages et aux velléités patronales d’une reprise folle des cadences, la CGT a lancé dans les usines du groupe et des filiales une enquête pour repenser l’organisation du travail et instaurer les 32 heures.

Les avantages économiques de la réduction du temps de travail sont connus

- elle contribue à créer directement des emplois (+ 350 000 emplois directs au moment du passage aux 35 heures) ;
- elle améliore la santé et la productivité des salariés ;
- elle augmente leurs qualifications.

Qu’on soit clair : réduire le temps de travail ne peut se faire sans politique productive globale (ce qui impliquerait une forme de planification) ni sans investissement public massif dans des secteurs clés du point de vue environnemental.

C’est la seule manière de diminuer d’éviter l’explosion du chômage. C’est aussi à des lieues des dogmes partagés par le gouvernement et le patronat.

La bataille pour la réduction du temps de travail est ancienne, et elle a toujours l’occasion de luttes intenses. Le déconfinement en fait partie.



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20