1111
  • Article publié le 8 mars 2021
  • /
  • 108 visites

UGICT-CGT | Grève féministe ce 8 mars

Voir la version en ligne

Le droit de grève, comment ça marche ?

Un appel national à la grève est lancé le par la CGT, la FSU et Solidaires, avec les associations féministes. Tou.te.s les salarié.e.s ont donc le droit de s’y joindre, sans avoir besoin de prévenir leur employeur. Il suffit ensuite de motiver son absence en annonçant que l’on était en grève toute ou partie de la journée. La retenue sur salaire doit être strictement proportionnelle à la durée d’interruption du travail. Une exception : dans la fonction publique d’État et certaines entreprises publiques où la retenue sur salaire est toujours d’une journée. Dans ces secteurs, les syndicats organisent souvent des heures d’information syndicales le 8 mars à 15h40 pour permettre aux salarié.es de se mobiliser sans perdre un jour de salaire.

15h40, pourquoi ?

15h40, c’est l’heure à laquelle les femmes arrêtent d’être payées chaque jour, sur la base d’une journée standard (9h – 12h30/13h30 – 17h).

Les femmes sont toujours payées 26 % de moins que les hommes :
• parce qu’elles sont 30 % à travailler à temps partiel,
• parce qu’elles sont concentrées dans des métiers dévalorisés socialement et financièrement,
• parce qu’elles n’ont pas de déroulé de carrière,
• parce qu’elles touchent moins de primes, d’heures supplémentaires, etc.

Et les hommes ?

Les hommes sont les bienvenus dans la mobilisation et sont pleinement concernés. Les stéréotypes sexistes qui légitiment les inégalités et dévalorisent les métiers à prédominance féminine ont aussi un impact sur les hommes.

L’injonction à la virilité frappe tous ceux qui sont doux, timides, sensibles, coquets, effacés... d’un soupçon d’anormalité. L’encadrement a été construit sur une norme viriliste. Les cadres doivent être disponibles 24/24 et celles et ceux qui veulent travailler moins pour consacrer du temps à leur famille doivent accepter que leur carrière soit ralentie, voire abandonner leurs responsabilités professionnelles.

Être féministe c’est aussi un cheminement personnel qui nécessite d’interroger les rapports de genre au travail comme dans la vie privée pour sortir des rapports de domination.



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20