1111
  • Article publié le 19 septembre 2019
  • /
  • 418 visites

A l’offensive pour notre droit de grève ! (adresse de la CEF)

Entre autres attaques antisociales et antidémocratiques, la loi de transformation de la Fonction publique du 6 août 2019 procède à une offensive majeure contre le droit de grève des agents territoriaux.

Le gouvernement avec le soutien de la frange la plus réactionnaire des employeurs entend limiter les capacités de défense et de revendications des personnels. Il s’agit en particulier de lever au maximum les obstacles aux privatisations voulues par les commanditaires patronaux du pouvoir en place.

Cette volonté d’atteinte au droit de grève confirme que les chiffres officiels habituellement communiqués présentant des taux de grévistes ridiculement bas dans la Fonction publique territoriale n’ont pas grand-chose à voir avec la réalité.

Réunie le 12 septembre, la Commission exécutive fédérale appelle les syndicats de la Fédération à organiser la bataille pour le droit de grève des agents, droit constitutionnel chèrement conquis.

Nous devons mener partout, dans l’unité la plus large possible, cette bataille d’intérêt majeur. C’est ce à quoi va s’employer la Fédération au plan national.

La direction fédérale souligne que compte tenu du caractère facultatif de la possibilité pour les employeurs d’engager des négociations visant à mettre en place un service minimum, notre première approche doit consister à exiger que ladite possibilité ne soit pas mise en œuvre. La campagne à venir des élections municipales constitue de ce point de vue un moment important. Nous devons partout appeler les candidats à se prononcer sur leur position quant à la mesure scélérate introduisant le service minimum. Nous devons partout affirmer qu’il ne peut y avoir compatibilité entre attachement à la Fonction publique et volonté de mettre en œuvre le service minimum !

Quoiqu’il arrive, à aucun moment et en aucun lieu, la CGT ne validera un quelconque dispositif local d’encadrement du droit de grève.

Nous soulignons enfin que le Conseil constitutionnel a confirmé que les dispositions de la loi concernant la déclaration préalable de l’intention de faire grève sont liées à l’engagement d’un processus de négociation. Elles ne peuvent donc être appliquées immédiatement.

Faisons vivre notre droit de grève en étant massivement dans l’action le 24 septembre pour le retrait du projet de retraite par points, pour de nouveaux droits financés par l’argent des riches et des spéculateurs, pour l’augmentation des salaires, pour la préservation et le développement des services publics !

Montreuil, le 16 septembre 2019



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20