bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Dépt 45 | Le 10 octobre 2017 il y a urgence. Macron aggrave les attaques contre nos salaires, nos retraites, nos conditions de travail

Pendant la campagne présidentielle, Macron l’annonçait, tous les salariés, publics, privés, retraités verraient leur pouvoir d’achat augmenter. Force est de constater que, pour les fonctionnaires, encore une fois, le compte n’y est pas, bien au contraire !

Jamais aucune profession n’avait été autant méprisée par trois présidents successifs qui ont gelé durablement la valeur du point d’indice (élément central de la rémunération des agents de la Fonction publique) et ainsi organisé la baisse du pouvoir d’achat des agents publics et assimilés.

Alors que Macron prévoit de s’attaquer aux régimes particuliers de retraite, la CGT alerte sur les conséquences du blocage des salaires qui impacte le montant des pensions entrainant une mise en péril de la CNRACL (Caisse Nationale de Retraite des Agents des Collectivités Locales).

1 – GEL DU POINT D’INDICE
Depuis 2000, les très faibles augmentations de la valeur du point d’indice, puis son gel sur les 7 dernières années, ont provoqué une chute du pouvoir d’achat des fonctionnaires de 14 % (et ce malgré une aumône de 0,6 % en juillet 2016 puis en février 2017 après une mobilisation importante des agents de la Fonction publique).
Cela représente :
➜Pour un agent de catégorie C percevant 1200 €/mois : 168 € de perte mensuelle ;
➜Pour un agent de catégorie B percevant 1500 €/mois : 210 € de perte mensuelle ;
➜Pour un agent de catégorie A percevant 2000 €/mois : 280 € de perte mensuelle.
Pour le reste de l’année 2017 et pour 2018 le gouvernement annonce sa volonté de geler encore la valeur du point d’indice.
La CGT revendique un dégel du point d’indice avec mesures de rattrapages des pertes depuis 2000.

2 – POINT D’INDICE DIFFÉRENCIÉ
Macron prétend vouloir augmenter la valeur du point d’indice pour certains fonctionnaires et pas pour d’autres, notamment les fonctionnaires territoriaux. La réalité, c’est qu’avec cette déconnexion des territoriaux du Statut général des fonctionnaires, Macron permettrait ainsi aux collectivités de fixer « arbitrairement » les rémunérations des agents et de mettre en place des « statuts locaux », tout cela ouvrant la porte au salaire à la « gueule du client » et à une vague de privatisations.
Dans sa continuité des attaques contre l’héritage de 1945, Macron le privatiseur veut tordre le cou au Statut général des fonctionnaires, seul garant aujourd’hui de l’existence d’un service public égalitaire sur tout le territoire auprès de tous les usagers.

Lire la suite au format PDF

Tract CGT CSD Loiret
Tract Loiret

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip