bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

15 mars 2018 | Grève et manifestation des EHPAD et des soins à domicile à Nice

Le 30 janvier dernier, un mouvement de grève et de manifestations à l’appel de 10 organisations syndicales soutenu par l’association des directeurs AD-PA ainsi que les retraitées, concernant l’accueil des personnes âgées et les conditions de travail des salarié-e-s des Établissements d’ Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) a connu un GRAND succès.

Avec un taux de grévistes de 31,8 %, jamais vu dans ce secteur et des milliers de retraité-e-s présents dans les cortèges, l’indignation s’est répandue dans toute la population qui refuse le traitement indigne réservé à nos anciens : une douche par semaine, repas servis froids, etc…

Cette situation ne peut plus durer !

Les dix organisations syndicales constatent que les réponses du gouvernement ne sont pas à la hauteur : les 50 millions de rallonge accordés in extremis pour 2018 ne représentent qu’un peu plus de 6 000 € par établissement. C’est du mépris !

POUR

  • La fin de la marchandisation de la santé et du médico-social au détriment des résidents et des personnes en perte d’autonomie ;
  • Un service public pour toutes et tous et partout ;
  • Une prise en charge de qualité pour les personnes âgées ;
  • Un service non lucratif, accessible financièrement à chacun d’entre nous ;
  • Des conditions de travail dignes et humaines ;
  • Le recrutement massif, immédiat et statutaire de personnels qualifiés et diplômés en nombre suffisant pour assurer la sécurité et le bien-être des résidents et des personnes accompagnées ;
  • Le respect des missions de chacun des professionnels et leurs fiches de poste ;
  • Une prise en charge financière des déplacements pour les aides à domicile et infirmier-e-s ;
  • Des emplois du temps non « entre-coupé » par des pauses interminables et non rémunérées ;
  • L’amélioration des rémunérations, de la formation et de l’évolution des carrières pour les agents dans le cadre du statut de la Fonction publique Territoriale ;
  • La lutte contre la politique du rendement, et du management destructeur ;

Depuis de nombreuses années le syndicat CGT NMCA se fait porte parole auprès de l’administration des conditions de travail médiocres des agents des structures du CCAS notamment ceux des EHPAD et des soins à domicile.
Aussi, le 3 janvier dernier lors de l’envoi du préavis de grève de la journée d’action du 30 janvier, la Direction Générale du CCAS nous a répondu d’une façon totalement insuffisante et méprisante pour les professionnels de ce secteur, en niant la réalité. Nous citons :
Concernant le manque d’effectif :
"Les effectifs dans les EHPAD du CCAS se situent dans la moyenne supérieure des EHPAD, au niveau national. Par ailleurs, les effectifs prévus sur les établissements du CCAS sont conformes aux conventions tripartites et sont mêmes supérieurs dans certains établissements. Lorsque des agents sont absents, le CCAS de Nice dispose d’un pool de remplaçants et de vacataires qui interviennent autant que possible afin de remplacer le personnel absent".
Concernant le manque de matériel :
"Les dépenses et les marchés concernant les produits d’hygiène et d’entretien, désormais mutualisés, n’ont pas été diminués. Les commandes des produits d’entretien sont effectuées, auprès de la Métropole, tous les 2 mois et pour les produits d’incontinence, la fréquence a été augmentée et est désormais mensuelle, afin de répondre au mieux aux besoins des établissements."
Concernant le manque de temps pour les repas des résidents :
"La durée de prise des repas s’effectue dans un délai compris entre 45 minutes et 1 heure, en moyenne, ce qui laisse le temps nécessaire à la prise des repas."

Le Président du CCAS, Christian Estrosi, a reconnu la justesse de notre lutte au plan national ainsi que l’insuffisance de la valeur du point d’indice dans notre département lors de sa visite dans l’établissement des Anciens Combattants.
Double langage ?
Car au CCAS de la Ville de Nice, qu’il préside, les réponses apportées par la Direction Générale ne peuvent pas satisfaire le syndicat CGT NMCA et les agents ! Le cri d’alarme porté par de nombreux salarié-e-s ne peut se contenter des réponses négligentes face à la détresse des patients / résidents ou des personnels.
Aussi nous exigeons de réelles améliorations des conditions de travail des agents et d’hébergement des
personnes âgées accueillies dans les structures ou à domicile du CCAS de Nice :

  • Un agent ou un salarié par résident, tel que prévu par la Plan Solidarité Grand Âge ;
  • Le remplacement des agents afin de palier à tous types d’absences ;
  • L’augmentation des dotations en termes de produits d’hygiène ;
  • La mise en place de matériels adaptés à tous types de manipulations des patients/résidents ;
  • La mise à disponibilités suffisante d’équipement professionnel de travail des soignants ;
  • Le respect de la prise en charge de chaque résidents / patients afin de garantir la bientraitance ;
Tract

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip