bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Communiqué de la Fédération CGT des Transports et de la Fédération CGT des Services publics | Mouvement public-privé filière collecte et traitement des déchets et ordures

LORSQUE LE MÉPRIS ET LA RÉPRESSION SONT LEURS SEULES RÉPONSES, C’EST QUE NOTRE UNITÉ LES INQUIÈTE ! CONTINUONS À NOUS MOBILISER POUR IMPOSER NOS REVENDICATIONS LÉGITIMES !

Ce n’est pas nouveau, lorsque les pouvoirs en place s’inquiètent de la mobilisation et répondent par le mépris ou la violence, c’est que nous les poussons dans leurs derniers retranchements.

Mercredi 4 avril dernier, il n’aura fallu attendre que quelques heures pour que le gouvernement et la Mairie de Paris complice fassent évacuer par la force le piquet de grève des salariés publics-privés qui avaient repris la TIRU d’Ivry, plus grand centre d’incinération et de traitement des déchets d’Europe, alors qu’ils avaient déjà été délogés par les forces de l’ordre en arme la veille après une journée d’occupation.

Lorsque nous nous battons pour nos vies, pour une réelle gestion publique de notre filière afin de répondre avec équité aux besoins de salubrité publique de la population, pour une gestion humaine, durable et écologiquement responsable de nos déchets, pour des créations d’emplois nécessaires pour traiter proprement en France nos déchets, le gouvernement aux ordres du capitalisme ne ce soucie guère de nos vies, de l’humain et encore moins de l’écologie et continue à faire allégeance aux désidératas du MEDEF. Ce couple Macron-Gattaz veut détruire notre modèle social conquis par des siècles de luttes, NOUS NE LAISSERONS PAS FAIRE !

Alors que notre préavis public-privé avait été lancé aux 3 ministères concernés, bien en amont des 5 jours francs imposés par les textes pour justement laisser le temps à des rencontres et des négociations, le gouvernement nous a prouvé son mépris pour les travailleurs de la filière collecte et traitement des déchets, car à ce jour encore aucun contact n’a été pris et leur seule réponse aura été la répression sur les piquets de grève.

Cette même répression a été constatée auprès du mouvement des étudiants avec plusieurs évacuations par la force. Ne soyons pas dupes ! Ceci prouve les difficultés que ce gouvernement des riches, bien mal élu, rencontre face à la mobilisation grandissante des travailleurs, des jeunes et des retraités qui ne se reconnaissent pas dans cette gestion ultralibérale imposée pour gaver encore plus les vrais privilégiés, ceux qui gagnent des centaines de milliers, des millions, voir des milliards d’€ par an et qui font tout pour diviser les travailleurs.

Nos Fédérations CGT des Transports et des Services publics ont décidé de suspendre le mouvement de grève qui a débuté le 3 avril dernier et appellent d’ores et déjà l’ensemble des acteurs de notre filière à amplifier le mouvement social en participant en masse aux futures dates professionnelles et interprofessionnelles, mais également en s’inscrivant sur un mouvement d’ampleur reconductible permettant de multiplier les actions afin d’être enfin pris en compte.

Nous saluons les victoires revendicatives locales obtenues à Dieppe et à Morlaix et apportons notre soutien aux éboueurs de Belfort qui continuent le combat depuis le 3 avril.

Le mépris avec lequel nous sommes traités au quotidien, que ce soit dans le public ou dans le privé, et le mépris avec lequel nous traite aujourd’hui le gouvernement, nous donne toutes les raisons de nous mobiliser pour une réelle reconnaissance de notre pénibilité, par une réduction du temps de travail et un départ en retraite anticipé à taux plein, mais également pour un grand service public national de la filière déchet seul garant d’une équité de traitement pour les usagers avec une maîtrise du coût, et seul garant d’une gestion humaine durable et écologiquement responsable de nos déchets.

C’est pour les mêmes raisons (réponse aux besoins, égalité de traitement, etc..) que nos camarades cheminots se battent avec force, et comme nous leur avons déjà dit lors de leur assemblée générale du 4 avril en gare d’Austerlitz, nous leur apportons notre soutien sans faille, car eux également se battent pour l’intérêt général.

La CGT est porteuse d’un changement de société pour le progrès social, où l’humain serait au cœur des préoccupations, où le capitalisme n’aurait plus sa place. Il est donc nécessaire que nous travaillions à mobiliser l’ensemble des travailleurs retraités et privés d’emplois, et créer les conditions du tous ensemble pour enfin gagner et se réapproprier les richesses produites à la sueur de notre front et les réinjecter pour le bien commun.

Nous appelons donc à chacune de nos bases de travailler l’élargissement de notre mouvement et à s’inscrire dès à présent dans le processus de lutte qui nous mènera à la victoire. Pour cela, nous travaillons à l’élaboration d’un tract et d’un nouveau préavis commun pour l’ensemble de notre filière.

Nous sommes déjà en construction de fortes actions pour le 19 avril pour répondre avec force au mépris de ce gouvernement envers l’ensemble des travailleurs de notre filière déchet. N’hésitez pas à vous rapprocher de vos Fédérations si vous souhaitez impulser des actions dans votre localité, plus nombreuses seront les actions et plus elles s’ancreront dans les territoires, plus grandes seront nos chances d’être entendus.

État des lieux des mobilisations le 3 avril et les jours suivants

Bourgogne-Franche Comté
- Grand Belfort (90) : 80% d’éboueurs grévistes le 3 avril
Mouvement reconduit le 4 avril et toujours en cours ; 90% de grévistes le 6 avril
Bretagne
- 90% d’éboueurs grévistes à St Malo (56)
- Morlaix (29) : service Environnement bloqué ; grève arrêtée après l’obtention d’un plan de prise en compte des revendications
- 1/3 d’éboueurs en grève à Brest (29)
Centre
- Grève des éboueurs à Orléans (45)
Hauts-de-France
- Centre de tri d’Anzin (59) : 99% de grévistes
Ile-de-France
- Dépôt Pizzorno (collecte 15e arrondissement de Paris) bloqué à Vitry (94)
- Piquet de grève évacué par la police à la TIRU d’Ivry (94) les 3 et 4 avril
Chiffres grévistes ville de Paris le 3 avril à 8h30 :
Éboueurs 29 % soit 565
TSON 12,5 % soit 29
Maîtrise 3,5 % soit 5
Conducteurs 29 % soit 78
AT 10 % soit 6
Égoutier 26 % soit 45
TSOA 9 % soit 6
Maîtrise Égouts 3 % soit 2

- Déchetteries d’Aubervilliers et Pierrefitte (93) bloquées par des piquets de grève
- Syctom Issy-les-Moulineaux (92) : bloqué par un piquet de grève
- Usine TIRU St-Ouen (93) bloquée par un piquet public/privé
- SEPUR Les Mureaux (78) : piquet de grève CGT SUD le 3 avril ; presque 100% de grévistes le 4 avril

Normandie
- Éboueurs Dieppe agglomération
32 en grève sur 35 le 3 avril ; ont voté la reconduction pour le 4 avril. Négociations le 4 avec obtention d’augmentations salariales

PACA
- Martigues (13) : 1 collecte sur 5 en grève
- Déchetterie des Pennes Mirabeau (13) bloquée par un piquet de grève ; entrevue obtenue avec la direction
- Antibes-Sophia Antipolis (06) : grève des éboueurs

Communiqué de la Fédération CGT des Transports et de la Fédération CGT des Services publics | Mouvement public-privé filière collecte et traitement des déchets et ordures

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip