bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Journée fédérale d’action du 4 mai 2010 sur les libertés et droits syndicaux

Non à la répression antisyndicale !
Justice et respect pour nos militants

La Fédération CGT des Services publics fera du 4 mai 2010 une grande journée d’action pour le respect et le développement des libertés et droits syndicaux.

Nous organisons dans ce cadre deux manifestations à caractère national :
- A Amnéville (57) à 14 heures, pour exiger la réintégration immédiate de nos deux camarades révoqués illégalement (cf. communiqué Confédération-UD 57-FD). Accueil des délégations à partir de midi.
- A Saint-Martin de Valgalgues (30) à 14 heures, pour exiger l’arrêt immédiat de la répression et l’annulation de la multitude de sanctions visant deux de nos militants depuis plusieurs années (cf. communiqué CSD/UD 30). Accueil des délégations à partir de midi.

Ces manifestations seront aussi l’occasion de mettre en lumière l’ensemble des situations locales d’atteintes aux libertés et droits syndicaux, tant dans les prises de parole que dans les manifestations. La Fédération continue de ce point de vue de travailler à l’élaboration d’une liste noire des élus bafouant les droits syndicaux.

Concernant les camarades d’Amnéville, un modèle de motion est disponible sur le site fédéral à adresser au maire (fax : 03.87.71.88.48 ; adresse mail) et au préfet (adresse mail).

Un modèle de motion est également disponible pour les camarades de Saint-Martin, à adresser au maire (fax : 04.66.78.65.61 ; adresse mail).

D’ici au 4 mai, un maximum de motions doit être adressé pour soutenir nos camarades.

Le communiqué Confédération-UD 57-FD est à disposition pour sensibiliser les UD à l’enjeu du 4 mai.

La souscription fédérale reste ouverte, notamment pour aider les camarades d’Amnéville, qui subissent une perte de salaire de 20%, et pour financer les frais de justice.

Le 4 mai 2010 marquera le 10ème anniversaire de notre victoire dans l’affaire des 10 d’Alès, qui avait permis à la CGT d’empêcher la condamnation en justice des camarades territoriaux poursuivis pour leur activité syndicale. Nous devons à cette occasion marquer nettement que nous ne lâcherons rien sur la démocratie sociale, les libertés et droits syndicaux, le droit pour les salariés de revendiquer et de s’organiser dans la CGT !

Montreuil, le 31 mars 2010

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip