bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

CSD Loire Atlantique |L’enjeu de l’Extrême droite constitue un enjeu syndical

L’enjeu de l’Extrême droite en perspective des élections municipales de 2014 constitue un enjeu syndical à plusieurs titres :

- Bataille globale de la CGT contre un courant politique qui d’une part, prône des thèses contraires à nos principes fondamentaux et à notre conception démocratique de la République et des services publics, et qui d’autre part, promeut un programme économique et social qui va à l’encontre des intérêts des salariés.
- Bataille professionnelle à mener contre un parti qui travaille particulièrement dans la période à son implantation locale et ambitionne d’accéder aux responsabilités municipales et donc à la gestion des services publics territoriaux et de leurs personnels
- Bataille à mener s’agissant d’un parti qui considère la CGT comme un de ses adversaires principaux

Voici donc pourquoi la Coordination Syndicale Départementale CGT des Services Publics de Loire-Atlantique va vous faire part en six épisodes de ces remarques.

Episode 1 : les expériences de gestion municipale frontistes

Un programme et des pratiques contraires à la conception républicaine du service public

Le FN a tenté de faire de plusieurs de ses villes un laboratoire de la préférence nationale. Vitrolles a connu l’allocation de naissance réservée aux familles dont au moins un des deux parents est Français ou ressortissant de l’Union européenne. Catherine Mégret a été condamnée pour cette mesure illégale.

Assimilant immigrés et pauvres, le FN a plus largement multiplié les mesures visant les catégories de population les plus défavorisées : suppression de lignes de bus reliant le centre à la périphérie à Orange ; à Marignane, accès aux cantines restreint aux enfants dont les deux parents travaillent ; baisse voire suppression des subventions aux associations d’aide sociale dans plusieurs communes ; fermeture d’un centre social et arrêt des travaux de rénovation d’un quartier populaire à Bollène après la victoire de l’extrême droite en 2008.

En matière de politique culturelle, la gestion frontiste est marquée par la forte politisation de l’action municipale. A Orange, les rayons de la médiathèque sont épurés des ouvrages jugés problématiques par la municipalité et remplacés par ceux d’auteurs d’extrême droite. A Vitrolles et Toulon, des équipements culturels sont fermés pour cause de programmation jugée non conforme à la ligne municipale.

Une conception partisane et clientéliste de l’action municipale

A Toulon, la politique de la jeunesse est confiée à l’association paramunicipale Jeunesse toulonnaise. L’adjointe à la jeunesse donne instruction écrite à son directeur de pourvoir des postes vacants « soit par des employés sympathisants du FN, soit par des éléments totalement neutres ». Elle sera condamnée pour discrimination à l’embauche.

A Toulon, comme à Orange et Marignane, on recense par dizaines les recrutements fondés sur l’adhésion au FN et à ses idées. On peut même parler de Front familial vu le nombre de recrutés ayant des liens familiaux avec des élus municipaux.

Télécharger au format Word

Enjeu du FN

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip