bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

COMMUNIQUE Strasbourg / Action sociale de la CUS : Succès de la grève... Mais les élus restent sourds !

L’action sociale de la ville serait-elle déjà en bout de souffle en début de son deuxième mandat ? C’est l’impression qu’a donné aujourd’hui le discours de l’élue attachée à la Direction des solidarités et de la santé...
Organisés par la CGT, plus de 110 intervenants sociaux (70% des agents titulaires tous métiers confondus) ont fait grève ce mardi 15 avril pour dénoncer des conditions de travail qui nuisent à leur santé et, surtout, mettent à mal le travail avec les usagers des centres médico-sociaux et la qualité du service public. La direction reconnaît une mobilisation exceptionnelle du personnel.
Mais sa réponse reste déconcertante : aucune proposition d’amélioration de la situation actuelle. Du côté des élus c’est encore pire. Car les réponses qui sont faites au personnel sont proches du cynisme, avec un positionnement qui ressemble à une démission au regard du service à rendre aux plus démunis (appel au « réalisme » du fait de la crise, avec une normalisation scandaleuse des difficultés... ). Les demandes massives de mobilité du personnel vont donc se poursuivre voire s’accélérer…

Pour la CGT qui est au côté des salariés en lutte, il reste qu’au regard de la loi, l’employeur doit veiller à la santé de ses employés. Alors que l’organisation actuelle crée indiscutablement de la souffrance. Ces conditions de travail sont inacceptables et constituent une double peine alors que, justement, la mission des agents consiste à aider des personnes en difficultés. Est-ce que le mot solidarité à encore un sens pour les élus de la CUS ?

Pour la CGT et les agents la lutte va continuer, s’amplifier. Pas question d’accepter le discours défaitiste des élus face à la misère des usagers et aux difficultés croissantes des agents !

Le 17 avril 2014


En lutte pour défendre un Service public de qualité

Est-il possible d’être au service des personnes en difficulté et être soi-même en
souffrance du fait de l’organisation et des conditions de travail ? Telle est la
question qui taraude l’ensemble du personnel qui travaille dans les Centres Médico Sociaux de la ville de Strasbourg.
[...]
Le travail à réaliser devient impossible : il s’agit de prioriser les priorités, de
ne pas réaliser le suivi de certains usagers, de réaliser des suivis de moindre
qualité, d’abandonner la prévention, de proposer des délais de rendez-vous
incompatibles avec la notion d’urgence... de quoi créer de l’exaspération au
niveau des usagers.
[...]
Au-delà des discours, il s’agit d’un véritable abandon des travailleurs sociaux, une non-prise en compte du travail réel et de fait de la souffrance des usagers. C’est une forme déguisée, derrière un discours gestionnaire, d’abandon du service public et des plus démunis. Les intervenants sociaux, paramédicaux (puéricultrices, psychologues), ont décidé de ne pas laisser la situation en l’état et d’entrer en lutte. Une première journée de grève aura lieu le 15 avril 2014.

Tract du 15 avril - Cgt de la CUS

Le 10 avril 2014

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip