bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Syndicat des Personnels du CNFPT | Déclaration des représentants CFTC-CGT-FO au CTP du 10 novembre 2015 : la défense du 1% est indissociable des principes qui fondent le CNFPT

Monsieur le Président,

Le 15 juillet dernier, à l’issue des rencontres des agents du CNFPT à Lille, nos organisations syndicales interpellaient le président du CNFPT, les membres du Conseil d’Administration et du CNO, les membres des CRO et les délégués régionaux en posant cette simple question : quel CNFPT voulons-nous pour demain ?

Notre constat : dans le cadre du PND, le CNFPT s’est enfermé dans une logique gestionnaire

Nous faisions le constat que, dans le cadre du PND, le CNFPT s’était enfermé dans une logique gestionnaire et de standardisation de la formation.

Les missions du CNFPT, telles qu’elles ont été définies par le législateur en 1983, ont été dévoyées.

Les agents du CNFPT - qui tous contribuent, quelle que soit leur mission au sein de l’établissement, au monde de la formation - se sont vus progressivement dépossédés de leur autonomie d’action et de leur capacité à penser leur travail.

Les spécificités des collectivités locales, les demandes et besoins de leurs agents en matière de formation ont été gommés pour mettre en place un formatage des formations.

Le CNFPT n’est plus l’établissement de service public en charge de la formation professionnelle des fonctionnaires territoriaux ; il tend à devenir « un fourre-tout » de prestations de toutes sortes et pour tous publics dans une logique purement gestionnaire.

Sous couvert d’harmonisation de nos pratiques, c’est le contexte d’exercice des métiers des agents des collectivités qui n’est plus pris en compte pour mieux proposer des stages clés en main : la standardisation est à l’oeuvre.

Le CNFPT n’est-il pas devenu « un fourre-tout » de prestations de toutes sortes ?

Nous entendons nous faire l’écho des interrogations de collègues qui se demandent : quelle est la responsabilité de l’exécutif du CNFPT dans cette attaque réitérée du 1% ?

Le CNFPT n’est-il pas devenu « un fourre-tout » de prestations de toutes sortes et pour tous publics piloté dans une logique purement gestionnaire ?

Dans une telle situation, la cotisation des collectivités locales devient en effet une simple variable d’ajustement budgétaire de la politique d’austérité du gouvernement.

La défense du 1% est indissociable de la défense des principes qui fondent le CNFPT

Pour nous, la défense du 1% est indissociable de la défense des principes qui fondent le CNFPT et de sa mission de service public de la formation professionnelle des fonctionnaires territoriaux au service de leur carrière.

Les dernières informations qui nous sont communiqués laissent penser que le gouvernement est en train de reculer et que le 1% serait rétabli.

Nous saluons l’action des fédérations de fonctionnaires territoriaux et de leurs représentants au Conseil d’administration qui ont agi énergiquement pour la défense du 1%.

Toutefois, cette nouvelle attaque contre le CNFPT ne nous exonère pas de réinterroger « le chemin parcouru » depuis la mise en place du PND et la manière dont est aujourd’hui conçue l’ingénierie de formation au CNFPT.

La « feuille de route » en préparation ne saurait s’inscrire dans la continuité de la politique de standardisation.

La « feuille de route » en préparation ne saurait s’inscrire dans la continuité de la politique de standardisation et d’uniformisation des formations.

C’est pourquoi nous portons l’exigence de revenir à ce qui fonde l’existence du CNFPT et le coeur de sa mission : la formation des fonctionnaires territoriaux. C’est là le plus efficace rempart contre toute nouvelle attaque contre le 1%.

Au demeurant, concernant la feuille de route : qui a en charge son élaboration ? Est-il avéré que sa conception a été externalisée à des cabinets privés ?

En attendant les projets (GRCT, GDAI, Concerto…) continuent à marche forcée

En attendant, les projets – dans la continuité du premier mandat du président DELUGA et du PND - continuent à marche forcée.

Les engagements pris par le président DELUGA lors de la mobilisation de 2013 sur les conditions de travail – le passage en CTP des projets avant leur mise en oeuvre - ne sont pas respectés.

Lors de la réunion des 6 et 7 octobre des RSIT, l’expérimentation et le déploiement de plusieurs projets appelés structurants (GRCT, GDAI, Concerto…) – qui tous s’inscrivent dans cette logique gestionnaire- ont été annoncés.

Cette culture gestionnaire vient se substituer à la culture de formation professionnelle spécifique à l’établissement et la prétend dépassée. Bien plus, cette culture gestionnaire prétend tenir lieu de politique de formation ce qui ne peut que conduire à faire disparaitre le CNFPT du champ de la formation professionnelle.

Notre demande : un débat en CTP sur ces projets

Nous demandons que ces projets soient débattus en CTP de manière urgente.
De même que nous demandons que soit soumise au CTP « la charte du management » - document intitulé « Responsabilité et Valeurs » - qui s’inscrit lui aussi une logique d’un pilotage gestionnaire du service public de la formation.

Nous ne demandons là rien de plus que le respect par le président DELUGA de ses engagements. Rien de moins non plus.

Télécharger au format PDF

Déclaration CGT 10 11 15

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip