1111

Actualité

  • Article publié le 10 décembre 2018
  • /
  • 378 visites

Hommage à Stéphane DUMEZ

La famille de Stéphane Dumez
Le syndicat CGT de la MEL
La fédération CGT des services publics
L’union départementale CGT
L’union locale CGT Lille et environs
les amis et camarades de Stéphane

Cher.e.s Collègues,
Il y a un an, Stéphane nous quittait en mettant fin à ses jours.

Vous avez exprimé dans ce moment terrible votre soutien, votre sympathie, votre amitié.

Nous avons pu mesurer combien Stéphane était apprécié par une très large majorité
de ses collègues de travail.

Même si notre douleur reste profonde et quotidienne, nous vous remercions sincèrement.

Mais la réalité est là.

Stéphane était marié, père d’une fille et de deux fils de 16 et 14 ans. Au-delà de la
douleur, c’est une situation difficile.

Nous savons que ce ne sont pas des problèmes financiers, ni familiaux, qui ont poussé Stéphane à cet acte irréparable.

Le geste de Stéphane a été reconnu par la MEL comme accident de service, dont
l’origine est liée à son emploi ou à ses conditions de travail.

Dans ce contexte, nous aurions pu espérer que la HAUTE ADMINISTRATION, les ÉLUS qui connaissaient bien et côtoyaient régulièrement Stéphane témoignent au-delà de leurs messages de condoléance, de courage politique et de respect humain.

En effet, suite à nos sollicitations, celles de la Fédération et de la CGT MEL, il a fallu
plus de six mois pour que la Direction de la MEL daigne nous adresser le rapport de
SECAFI (ce 6 décembre) ! Nous restons vigilants dans l’attente du procès verbal du
CHSCT, également dû de longue date.

Pour tout acte de « bonne volonté », l’Administration a consenti que le médiateur,
M. Guffroy, nous reçoive le 5 septembre dernier.

Nous avons réitéré notre demande des procès-verbaux, notre besoin de savoir et
nous avons sollicité une rencontre avec l’Administration et les élus responsables,
d’autant qu’au CHSCT du 21 novembre M. Frémaux déclarait :
Stéphane

« Je considère que nos collègues [M. Dumez et M. Moubarki] sont victimes de cette
situation. Je ne voudrais pas que les collègues qui vivent cela très mal à titre personnel, compte tenu de leurs engagements, soient aujourd’hui victimes de l’opprobre public, voire en prennent plein la tête à ti tre personnel. Parce qu’ils vivent cela comme une attaque sur leurs valeurs ».

Ce message n’a pas été entendu par ceux dont l’obligation est de veiller au bien-être
des salariés, comme ils ne cessent de l’affirmer.
Cette attitude irrespectueuse, voire méprisante de l’Administration, qui serait certainement identique pour toute autre famille de salariés dans la peine, confirme son sentiment de culpabilité et son manque de courage à assumer sa responsabilité autre que statutaire.

Quel contraste avec un homme qui, durant trente-huit années, a contribué au Service
public et au rayonnement de la CUDL puis de la MEL.

Ce service public qu’il a défendu jusqu’au bout, assurant en même temps la défense
de tous ses collègues de travail, quelques soient leurs catégories, syndiqués ou non,
qu’ils partagent ou non ses convictions.

Stéphane était respectueux de tous, y compris des élus et des responsables qui, au
nom de la « réalité économique » ou du « changement de cap indispensable », détruisent les outils qu’il a fallu des décennies à construire et, par la même occasion, les femmes et les hommes qui les ont mis en place.

Quel contraste entre ce combat collectif, qui a motivé Stéphane toute sa vie, dont le seul objectif était le respect et le bien-être au travail, et ce que certains veulent mettre en place à la MEL et bien au-delà.

Quel contraste entre la parole franche, saine, directe, parfois incisive, mais jamais blessante de Stéphane et l’esquive, voire le silence de l’Administration.

Voilà, cher.e.s collègues de la MEL, les raisons pour lesquelles nous vous prenons à
témoin.

Nous avons perdu à jamais Stéphane, jamais la cicatrice de notre douleur ne se
refermera. Mais ce que nous pouvons continuer de faire, pour qu’il soit toujours avec
nous, c’est son combat, celui qui pour vous, faisait de Stéphane, au-delà de l’homme
engagé, UN AMI, UN CAMARADE.

MERCI DE VOTRE SOUTIEN.

Documents joints

1 Lettre Stéphane décembre 2018 pdf



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20