1111
  • Article publié le 14 juin 2021
  • /
  • 112 visites

Communique du 10 juin 2021 : Réforme de l’accueil de la petite enfance : le gouvernement s’honorerait à entendre la voix des professionnel.les de la petite enfance

Le Secrétaire d’Etat chargé de l’enfance et des familles, Adrien Taquet, a écrit (1) au collectif Pas de bébés à la consigne, à la veille du mouvement des professionnel.les de la petite enfance le 3 juin dernier. Nous lui avons immédiatement répondu (2) et en avons diffusé le texte (3) lors des manifestations du 3 juin.

Pour la sixième journée d’action en deux ans, et malgré le contexte difficile lié à la crise sanitaire qui impacte le pays depuis plus d’un an, nous étions encore des centaines dans les rues d’environ 25 villes : 700 à Paris, 200 à Toulouse, 150 à 200 à Lyon, plus de 100 à Tours,... Pour exemple : une vingtaine d’établissements étaient en grève totale ou partielle à Annecy et alentours, 33 crèches fermées partiellement ou totalement sur 51 à Lyon, toutes les crèches fermées sauf une à Saint‐Omer, 9 crèches fermées et 11 en service minimum sur 28 à Nice, 11 fermées et 14 partiellement fermées à Toulouse sur une trentaines de crèches municipales.

Le collectif Pas de bébés à la consigne le rappelle à nouveau, il n’existe pas de consensus autour de la réforme des modes d’accueil : la CNAF a refusé le décret prévu en application de la réforme Taquet (4), le HCFEA a émis des réserves sur l’ordonnance (5), la commission des 1000 premiers jours a proposé toute autre chose (6).

Nous le redisons haut et fort : le gouvernement s’honorerait à entendre la voix des professionnel.les des modes d’accueil et de nombreux parents en accédant en tout premier lieu aux demandes concernant le taux d’encadrement des bébés en crèche, le calcul du ratio des personnels diplômés, l’instauration d’un temps utile d’analyse de pratiques de droit pour tous les modes d’accueil, un vrai statut d’apprenant pour les apprentis dans les crèches sans les inclure dans le calcul du taux d’encadrement.

Le gouvernement a fait beaucoup de pas en direction des gestionnaires des modes d’accueil, il est temps qu’il prenne en considération la parole des professionnel.les qui dénoncent de longue date la dégradation des conditions d’accueil des jeunes enfants et son aggravation prochaine avec certaines mesures de la réforme (7).

Pas de bébés à la consigne reste mobilisé et, avec les professionnel.les et les parents, ne lâchera rien pour l’accroissement quantitatif de l’offre d’accueil dans des conditions qui garantissent la qualité d’accueil des tout petits.


1 https://pasdebebesalaconsigne.com/3juin2021/CourrierAT‐01062021.pdf
2 https://pasdebebesalaconsigne.com/3juin2021/Courrier‐reponse_pasdeBBconsigne_courrier_A_Taquet_020621.pdf
3 https://www.youtube.com/watch?v=MwKt87vNNog
4 Le conseil d’administration de la CNAF a émis le 15 avril 2021 un avis défavorable sur le projet de décret du gouvernement relatif
aux services au familles (incluant la réforme des modes d’accueil).
5 Le HCFEA estime dans son avis que "Les assouplissements concernant en particulier le nombre d’enfants exceptionnellement accueillis par les assistants maternels en plus de leur agrément ne doivent pas entrainer un élargissement pérenne de la norme d’accueil, ni dépasser six enfants de moins de onze ans à la charge exclusive d’un adulte, y compris ses propres enfants".
6 La commission des 1000 premiers jours propose : "Le respect d’un ratio de 5 enfants/adulte tous âges confondus avec au moins 70% de professionnels diplômes (IDE, Puer, EJE, AP auprès des enfants)" et "Garantir une surface intérieure de 7 m2 minimum par enfant dans les modes d’accueil partout en France et un accès quotidien à un espace extérieur".
7 https://petiteenfanceenperil.org

Documents joints

1 communique_pasdebbconsigne_10juin2021 pdf



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20