1111
  • Article publié le 30 juin 2022
  • /
  • 191 visites

Pas de bébés à la consigne aux côtés des professionnel.les de la petite enfance pour rétablir la qualité d’accueil des tout petits

Dans un communiqué adressé aux candidats aux législatives Pas de bébés à la consigne rappelait que le collectif poursuit son combat pour le développement des modes d’accueil qui est indissolublement lié à l’amélioration de la qualité d’accueil des jeunes enfants.

Or, la récente réforme des modes d’accueil et les derniers textes à venir vont signer la dégradation de cette qualité : le nombre de bébés accueillis par un.e professionnel.le en crèche peut passer de 5 à 6, l’accueil d’enfants en surnombre sera possible tous les jours de la semaine, la surface minimale par enfant sera réduite dans les agglomérations denses en population par rapport au reste du territoire, les assistantes maternelles pourront accueillir jusque 8 enfants en période de vacances...

Les prochains textes envisagent également, au prétexte de la pénurie de professionnel.le.s qui s’aggrave, que des personnes sans aucun diplôme ni expérience auprès de jeunes enfants, au terme d’un simple parcours d’intégration d’un mois, puissent être recrutées en EAJE pour une proportion de 15% de l’effectif auprès des enfants.

Un "Comité de filière" a été mis en place pour résoudre notamment les problèmes d’attractivité des métiers de la petite enfance. Les informations qui nous parviennent des travaux de ce comité nous inquiètent fortement, en particulier sur la qualification des futur.es professionnel.les, toujours au prétexte de la pénurie actuelle, et donc sur la qualité future de l’accueil des jeunes enfants.

Quant au Ségur de la santé, il ne s’applique toujours pas aux professionnel.les de la petite enfance dont les métiers n’ont pas été revalorisés, ce qui est pourtant indispensable si l’on veut rétablir l’attractivité du secteur...

Pas de bébés à la consigne va interpeller le nouveau gouvernement et les nouveaux groupes parlementaires afin qu’ils reviennent sur les mesures les plus défavorables de la réforme impactant la qualité d’accueil. Nous les alerterons sur l’effondrement des capacités d’accueil qui s’annonce si les conditions d’accueil ne sont pas revues, car les professionnel.les risquent, encore plus, de quitter en masse le secteur : les témoignages recueillis depuis un an sur le site https://petiteenfanceenperil.org en attestent. Nous demanderons aux autorités de prendre en compte nos 20 propositions pour redonner toute(s) leur(s) place(s) aux bébés .

Pas de bébés à la consigne reste mobilisé aux côtés des professionnel.les des modes d’accueil et se tient prêt à les appeler à redescendre dans la rue dès les premiers temps de la rentrée pour faire entendre la voix de la petite enfance si les élus ne redressent pas la barre !

Documents joints

1 tract_pas_de_bb_consigne_juin_2022 pdf



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20