1111
  • Article publié le 24 novembre 2021
  • /
  • 690 visites

Travail social, protection de l’enfance, les agent·es exigent d’être entendu·es et reconnu·es ! Toutes et tous en grève mardi 7 décembre

Alors que, le 15 novembre dernier, France 2 consacrait une nouvelle fois une soirée thématique aux services de Protection de l’Enfance et à leurs dramatiques insuffisances, nous ne pouvons que constater la surdité du gouvernement et de nos employeurs publics ou privés qui ne veulent pas entendre les alertes des professionnel·les du terrain.

Après de nombreuses interpellations et mobilisations des professionnel·les du secteur du médico-social, nous constatons une absence totale de réponse et un mépris de la part du gouvernement envers celles et ceux qui répondent toujours présent·es malgré un état d’épuisement et un manque de moyens dévastateurs pour la prise en charge et l’accompagnement des enfants et des familles.

Car non, Monsieur le secrétaire d’État, il ne suffit pas de communiquer autour de vos projets et faire le tour de France pour vanter les bénéfices du parcours des « 1000 premiers jours de l’enfant », pour que, nous professionnel·les, nous voyions s’améliorer nos conditions de travail et pour que nous puissions répondre aux besoins de la population !

Nous vous l’avons demandé à plusieurs reprises et nous continuerons de le revendiquer : il est urgent de poser une réflexion sur l’organisation des services d’accompagnement des plus précaires pour stopper l’hémorragie dans les services.

Aujourd’hui, nous sommes à bout. Des professionnel·les quittent les services sans aucune perspective préférant cette situation précaire plutôt que de continuer à subir une maltraitance institutionnelle qui dégrade la santé.
Aujourd’hui, dans certains lieux d’accueil, les mineur·es confié·es à l’Aide Sociale à l’Enfance sont mis·es en danger par le manque de moyens, quand ils ne sont, tout simplement, pas laissé·es de côté faute de place.
Aujourd’hui, le travail pluridisciplinaire est quasi impossible à mener tant les professionnel·les sont débordé·es.

C’est pour toutes ces raisons, et elles ne sont pas exhaustives, que la Fédération CGT des services publics appelle l’ensemble des agent·es du secteur médico-social à la grève et à la mobilisation mardi 7 décembre

Plus que jamais, la CGT revendique :

• Le recrutement massif et pérenne au sein de la Fonction publique territoriale de personnel·les qualifié·es et diplômé·es en nombre suffisant pour répondre aux besoins des populations et assurer un service public de qualité et de proximité :10% d’effectif supplémentaire immédiatement ;

• L’amélioration immédiate des rémunérations dans le cadre du statut de la Fonction publique territoriale : revalorisation immédiate de 10% à minima des salaires indiciaires pour pallier la perte du pouvoir d’achat depuis plus de 10 ans et revaloriser les métiers à prédominance féminine ;

• Une politique nationale qui définit la protection de l’enfance comme mission prioritaire de service public garantissant ainsi l’équité, quel que soit le territoire de l’accueil et de l’accompagnement nécessaire aux besoins des enfants et de leurs familles : prévention spécialisée, places en structure collective, en famille d’accueil, en accompagnement en milieu ouvert, etc…

• Le renforcement des partenariats prévention, protection, justice pour une prise en charge coordonnée ;

• La fin de la marchandisation du travail social et le développement d’un grand service public de l’action sociale et médico-sociale ;

• Un accès universel aux droits fondamentaux pour le public accueilli.

Le 7 décembre 2021, en grève et mobilisations dans toute la France, dans l’unité et la convergence la plus large, agissons et proposons un autre avenir pour l’Action sociale et la Protection de l’Enfance de la Fonction publique

Documents joints

1 Tract 7 décembre pdf



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20