1111

Luttes dans les SDIS

  • Article publié le 18 novembre 2019
  • /
  • 26 visites

Chez les pompiers de l’Essonne : intimidations par la hiérarchie, colère des sapeurs

La contestation prend de l’ampleur chez les pompiers de l’Essonne. Les sapeurs font face à des conditions de travail intenables. Malgré les sanctions, les intimidations de la direction et les rappels du devoir de réserve, ils maintiennent la pression.

« L’Essonne est particulièrement touché en terme de service public. Nous les pompiers, on n’y échappe pas. » Jean-Christophe Cantot, secrétaire adjoint à la CGT du service départemental d’incendie et de secours (Sdis 91), était déjà jeune pompier à quinze ans. Volontaire depuis ses dix-sept ans, aujourd’hui sergent-chef à la caserne de Dourdan, il a plus de vingt ans de métier. Le constat qu’il dresse sur la situation des soldats du feu de l’Essonne est amer : « Le département cristallise les grandes problématiques urbaines et rurales que l’on retrouve nationalement. Au nord, une démographie forte, avec des grands ensembles. Au sud, un désert de services publics, avec moins d’hôpitaux et de casernes. »

Le manque de personnel et de moyens se fait de plus en plus sentir. Plusieurs casernes ont dû fermer à plusieurs reprises par manque d’effectifs [1]. Sur 21 centres de secours, où volontaires et professionnels sont en attente d’une intervention, 18 manquent de pompiers, selon le syndicaliste. « A Viry-Châtillon, ils sont censés être seize de garde la journée et quatorze la nuit. Ils ne sont que douze, au maximum. »

De plus en plus d’interventions, à moyens constants.

Pourtant, le conseiller départemental et président du Sdis 91, Dominique Echaroux, avait promis 140 embauches supplémentaires en décembre dernier. « La plupart de ces embauches sont des remplacements de mutations et de départs à la retraite. En fait, il y a eu vingt embauches réelles dans tout le département. Pour beaucoup, elles sont liées aux nouvelles casernes prévues, notamment à Saclay », conteste Alexandre Prunet, sapeur-pompier en poste à Fleury-Mérogis et responsable de la CFTC. Pourtant, la population de l’Essonne s’accroît constamment. Avec plus d’1,3 million d’habitants en 2019, le département devrait encore gagner 70 000 résidents d’ici 2024. Sur le plateau de Saclay, des dizaines de milliers de logements sont en construction.

« Nous avons une surcharge de travail et le département est complètement hermétique à nos revendications », déplore Yohan Martin, pompier et syndiqué CGT. « Si vous prenez les trois casernes de Corbeille, Évry et Viry, nous sommes un pompier pour 440 personnes. A Chartres, pour des casernes équivalentes, il y a un sapeur pour 240 personnes ! »

La caserne de Palaiseau comptait 2700 sorties pour neuf pompiers de garde il y a vingt ans. Aujourd’hui, le nombre d’interventions a doublé, assurées par seulement dix pompiers. Depuis 2015, les interventions pour un nid de guêpes ou un ascenseur bloqué sont facturées, dans le but d’en réduire le nombre. Mais rien n’y fait, les appels d’urgence sont toujours aussi nombreux, avec environ 100 000 interventions par an. « Et maintenant les citoyens qui ne peuvent pas payer vont se retrouver à faire des trucs dangereux. C’est dégueulasse », soupire Jean-Christophe Cantot.
« Christophe Castaner veut nous équiper de caméras-piétons. Mais ça ne réglera pas les problèmes de fond ! »

Si les effectifs manquent, c’est aussi du fait de prévisions partielles du schéma départemental d’analyse et de couverture des risques (SDACR), qui permet d’analyser les zones à risques afin de faciliter le travail des sapeurs. « Pour l’immobilier en construction, le schéma sous-estime le nombre d’habitants par foyer ! Il prévoit selon un nombre standard de personnes par appartement sans prendre en compte les familles très nombreuses », critique Jean-Christophe Cantot. Ces réductions d’effectifs ont des effets sur le terrain. « Depuis Macron, on optimise. Pour un feu de voiture nous sommes passés de six personnes à seulement quatre, pour un incendie d’habitation, de douze à dix ! »

Sans oublier la question de la sécurité des interventions. Les pompiers sont souvent les premiers sur des lieux de tensions et sont confrontés à des agressions. « En tant que représentants de l’État, on nous assimile à la police, et les gens s’en prennent à nous. Les agressions sont particulièrement fréquentes, comme ailleurs en Île-de-France parce que l’État se désengage du service public. En réponse, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner veut nous équiper de caméras-piétons. Mais ça ne réglera pas les problèmes de fond. En plus, nous ne sommes pas des policiers ! », insiste le pompier Yohan Martin.

Le conseil départemental est aussi moins exigeant concernant le nombre de gradés par caserne. « Normalement à partir de dix pompiers par centre, un lieutenant doit être affecté. Comme un lieutenant, c’est un fonctionnaire de catégorie B, cela coûte plus cher ! L’Essonne a donc décidé de mettre le seuil à partir de 14 par centre », déplore Jean-Christophe Cantot.

Les représentants syndicaux ne sont pas optimistes pour l’avenir. En premier lieu, à cause du budget départemental. Si le sud du département a déjà vu des services fermer comme la maternité de Dourdan ou la pédiatrie d’Étampes, les perspectives pour le nord du département, plus urbanisé et peuplé, semblent s’assombrir davantage. En cause : fermeture programmée des hôpitaux de Juvisy, Longjumeau et Orsay d’ici 2024. « Nous allons devoir amener les patients de plus en plus loin et donc perdre plus de temps sur la route », craint Alexandre Prunet, de la CFTC. « Nous serons obligés d’emmener les gens dans le privé. Nous travaillons déjà trop, Nous sommes fatigués, tendus, moins patients. On sentait que la situation allait exploser », renchérit son homologue de la CGT.

Source Bastamag



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20