1111
  • Article publié le 19 novembre 2020
  • /
  • 75 visites

84 | Motion de soutien du syndicat CGT des personnels territoriaux du Département du Vaucluse à la grève et à I’action des Assistants familiaux du Département du Gard et au syndicat CGT des personnels territoriaux du Département du Gard

Le syndicat CGT des personnels territoriaux du Département du Vaucluse exprime son soutien et sa solidarité avec le syndicat CGT des personnels territoriaux du Département du Gard et avec les Assistants familiaux du Gard pour leur journée d’action et de grève du 12 novembre 2020 et pour celle à venir du 1er décembre 2020.

Depuis plusieurs années, le syndicat CGT des personnels territoriaux du Département du Gard porte dans les différentes instances locales et nationales des revendications pour améliorer les conditions de travail des Assistants familiaux et pour faire reconnaître un statut national unique.

Or, depuis 2005, aucune amélioration notable n’est effective dans le Département du Gard. Les Assistants familiaux font, de plus en plus, face à des difficultés dues à l’absence de lieux d’accueil adaptés aux troubles de plus en plus lourds des enfants accueillis. Ils subissent également, au quotidien, le non-remplacement des collègues des Centres médico-sociaux. Les Assistants familiaux isolés, épuisés, n’ont pas de solution de répit pour eux et leur famille.

Notre syndicat soutient leurs revendications :

o Une meilleure rémunération sur la base de 151 h 67 dès le premier accueil.
o La prise en compte de l’ancienneté pour un Assistant familial ayant travaillé à l’extérieur de la collectivité (autre département ou association).
o L’alignement de l’ancienneté sur celle des fonctionnaires.
o Le paiement d’une astreinte lorsqu’il est demandé au professionnel de rester à disposition.
o L’intégration de la sujétion au contrat d’accueil, celle-ci devant << suivre >> l’enfant.
o La reconnaissance des 10 jours fériés dans l’année.
o La création d’une indemnisation afin de couvrir les frais administratifs afférents à l’accueil de l’enfant (achats d’encre, papiers, timbres, etc).
o L’attribution d’un téléphone portable et d’un ordinateur portable.
o L’attribution systématique d’une carte professionnelle.
o Le remboursement au réel des déplacements dans l’intérêt de l’enfant.
o Dans l’intérêt des enfants, l’établissement des calendriers de visites médiatisées, de visites des parents et autres rendez-vous en collaboration avec les assistants familiaux et les équipes ASE.
o L’absence de déplacement à effectuer par l’Assistant familial le 24 décembre, le 1er janvier, le 1er mai après 16 h.
o L’instauration d’un week-end par mois, de repos et de répit, sans enfant.
o La reconnaissance du travail de nuit par une majoration supplémentaire salariale.
o La création d’un espace ressources humaines faisant apparaitre l’ancienneté et tous types de congés.
o La mise en place d’un binôme dès la signature d’un contrat d’accueil.
o Une supervision par secteur géographique par un psychologue ou psychanalyste extérieur à la collectivité.
o L’analyse des pratiques professionnelles par un professionnel également extérieur.
o Dans le cadre des violences subies dans le contexte professionnel (informations préoccupantes, agressions physiques ou verbales) la proposition systématique d’un rendez-vous avec le psychologue du travail ou un psychologue hors ASE, pour l’Assistant familial et pour sa cellule familiale.
o Dès l’accueil de l’enfant, l’attribution des documents administratifs de l’enfant à l’Assistant familial (original ou copie) : carte d’identité, carte vitale, livret de famille, carnet de santé, etc.
o La réception par l’Assistant familial de son bulletin de salaire avant le 5 du mois d’après.
o Lors de trop perçu de salaire, souvent suite à des erreurs de l’administration, demande d’information auprès de l’intéressé avec possibilité d’échelonnement de la dette.

Salutations fraternelles de lutte.

PASCAL Annabelle,
Secrétaire générale.



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20