1111

International

  • Article publié le 2 janvier 2023
  • /
  • 99 visites

EPSU | Compte rendu de la réunion du collège France-Bénélux des 15 et 16 septembre 2022

Fédérations syndicales présentes :
France : CGT, FO, CFDT, CFE/CGE
Belgique : CGSP, CSC-SP, CNE
Pays-Bas : FNV
Epsu : J.W Goudriaan, Secrétaire général de l’EPSU-Fédération Syndicale Européenne des Services Publics (en visio)

1. Congrès de l’EPSU () : Roumanie en juin 2024
Désignations des représentant du collège pour les groupes de travail « statuts » et « résolutions » :

Pour la commission « résolutions » :

  • Titulaire : Delphine DEPAY (CGT, France)
  • Suppléant : Eric Vermeulen (FNV, Pays-Bas)

Pour la commission « statuts » :

  • Titulaire : Philippe Malaisé (CFDT, France)
  • Suppléante Silvana Bossio (CSC, Belgique)

Dans le cadre de cette préparation, les documents ne seront disponibles qu’en anglais. Le collège se permet de renouveler avec insistance sa demande auprès du secrétariat général d’EPSU afin que l’ensemble des documents préparatoires soient traduits dans la langue maternelle de chacun.

2. Intervention de Jan-Willem Goudriaan, Secrétaire général de l’EPSU (en visio)

Alerte quant aux dernières élections législatives en Suède qui ont placé l’extrême droite comme première force politique à droite. Les élections parlementaires qui se dérouleront prochainement en Italie peuvent également faire redouter le pire. La campagne EPSU de lutte contre l’extrême droite doit s’amplifier afin de lutter contre ce fléau. Renforcer l’Europe sociale reste la priorité de l’EPSU.

L’énergie est également aujourd’hui au centre des enjeux européens. Une campagne contre les profits dans le domaine de l’énergie sera présentée au prochain Comité Exécutif-Comex- de l’Epsu qui se tiendra le 25 et 26 octobre 2022.

La préparation des prochains congrès est également d’actualité :
- Congrès de la CSI en novembre 2022 à Melbourne, Australie ;
- Congrès de l’ISP du 12 au 18 octobre 2023 ;
- Congrès de l’EPSU en novembre 2024 ;
- Congrès de la CES en mai 2025.

J.W Goudriaan aborde également les difficultés que l’EPSU rencontre avec UNI-Global Union qui se présente comme un acteur syndical européen alors qu’il n’est pas représentatif dans les services publics européens, notamment chez Orpéa.
Face aux employeurs voyous, L’EPSU ne lâche rien : les dernières élections professionnelles d’Orpéa ont été annulées car frauduleuses. Des actions en pénal sont également engagées par l’EPSU pour exiger l’annulation de l’ensemble des accords précédents.

3. Déclarations communes du collège France-Bénélux en vue du Comité Exécutif qui se tiendra le 25 et 26 octobre 2022 à Bruxelles

Les syndicats français : CFDT, CGT, FO, CFE/CGE
Les syndicats belges : CGSP, CSC-SP, CNE
Le syndicat des Pays-Bas : FNV

Réunis à AJACCIO-CORSE les syndicats du collège France-Benelux ont échangé sur la situation de crises que traversent non seulement nos pays respectifs ou l’Union Européenne, mais aussi bien le monde.

Dans la perspective des congrès à venir, de l’ETUC, de PSI et de l’EPSU il nous est apparu important de rappeler nos priorités revendicatives face à la situation que connaissent les peuples et les travailleurs, premières victimes de ces crises.

Nos syndicats ont en premier lieu condamné avec force la guerre déclenchée en Ukraine par la Russie et réitèrent l’impérieuse nécessité de développer la solidarité et le soutien au peuple Ukrainien, mais aussi à leurs syndicats démocratiques. Nous devons continuer à unir nos voix pour l’appel à un cessez-le-feu immédiat, pour la paix mais aussi un arrêt de l’escalade à l’armement.

Nos syndicats pointent le pouvoir d’achat, les salaires et l’emploi comme des priorités majeures pour lesquelles des réponses urgentes et concrètes attendues par les populations, doivent être apportées pour améliorer leurs conditions de vie et de travail.
Ces réponses doivent obligatoirement tenir compte des impératifs climatiques et environnementaux, et faire reposer les efforts sur les plus riches.

La crise COVID a mis en lumière l’échec des politiques libérales, les limites du commercial dans l’universalité des réponses à apporter et surtout l’indispensable nécessité de financements des services publics, mis à mal d’année en année.
Aujourd’hui face à la fuite des personnels dans les secteurs aux conditions de travail difficiles et aux rémunérations trop basses, des secteurs entiers sont en carence d’emplois et éprouvent des difficultés à recruter. Cette situation traverse fortement nos services publics et met en péril leur fonctionnement comme dans la santé, l’énergie, l’enseignement, les services sociaux, la petite enfance…

Ainsi, les services des soins de santé et sociaux n’ont pu faire face aux vagues virales que grâce au professionnalisme sans faille de tous les personnels, mais il en est de même pour un grand nombre de nos services essentiels.

Nous appelons à poursuivre et amplifier notre engagement pour :

  • Des services publics plus nombreux et de meilleure qualité au bénéfice de tous dans toute l’Europe
  • Contrôler l’utilisation des fonds publics dans les établissements de santé et médico sociaux à but lucratif »
  • Mettre fin au secteur privé lucratif dans nos secteurs de santé, du social et de la prise en charge des personnes âgées et des jeunes enfants
  • La revalorisation et une meilleure reconnaissance de ces métiers difficiles, le plus souvent occupés par des femmes en leur redonnant de l’attractivité et en luttant contre la pénibilité par des hausses de salaires et par l’amélioration des conditions de travail pour répondre aux besoins. Trouver des solutions structurelles à la pénurie, sans démunir des pays moins favorisés de leur personnel qualifié ni amoindrir les standards de conditions de travails
  • Garantir un pouvoir d’achat permettant une vie décente, malgré les aléas de la vie, par une augmentation générale des salaires
  • Amplifier la formation et la reconversion professionnelle
  • Développer et améliorer la qualité du dialogue social, au plan national, européen et international, en le dotant d’instances démocratiques aux réelles compétences d’interventions et décisions pour les travailleurs.
  • Cela doit s’inscrire dans un avenir durable et une transition juste, qui impliquent de :
  • Limiter l’impact négatif des activités humaines sur l’environnement,
  • Lutter contre le dérèglement climatique
  • Développer la production et l’utilisation d’une énergie décarbonée disponible à prix abordable
  • Porter l’accès à l’énergie, un bien vital, comme un droit fondamental pour tous les citoyens
  • Placer la question énergétique et écologique dans une stratégie d’intervention publique : soutien et financement, participation, propriétés et régulation publique.

Lire ci-dessous l’intégralité du compte rendu.



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20