1111
  • Article publié le 2 janvier 2023
  • /
  • 477 visites

CGT Fonction publique | SMIC légèrement augmenté : grille indiciaire encore détériorée !

COMPTE TENU DE L’INFLATION EN COURS, le SMIC a de nouveau été revalorisé au 1er janvier. Une fois de plus, le pouvoir exécutif s’est contenté du minimum légal en procédant à une augmentation de 1,8 %.

En conséquence, le SMIC se situe donc à 1 709,28 euros bruts mensuels depuis hier.

Pour faible et insuffisante qu’elle soit, cette hausse conduisait le salaire minimum de la Fonction publique à être rémunéré en dessous de ce montant.

Par un décret en date du 22 décembre, le gouvernement a donc procédé à une revalorisation du traitement le plus bas. À l’instar du SMIC, l’augmentation retenue est de 1,8 %.

De ce fait, compte tenu du mécanisme affligeant appliqué depuis quelque temps, le salaire minimum de la Fonction publique correspond à celui versé à l’indice majoré 353 contre 352 précédemment, soit 1 712,06 euros.

« Mécanisme affligeant » car, rappelons-le, aucun autre salaire n’est impacté par cette revalorisation, pas davantage que la grille indiciaire n’est modifiée.

Ainsi, les 7 premiers échelons de la catégorie C1 pour lesquels les traitements correspondants sont inférieurs à 1 712,06 euros sont rémunérés à hauteur de l’indice 353, ce qui fait qu’un passage à un échelon supérieur ne conduit à aucune augmentation salariale, soit, potentiellement, 9 années de stagnation salariale ! Et encore, lorsque l’on accède au 8e échelon qui se situe à l’indice 354 ne gagne-t-on qu’environ 3,09 euros nets mensuels en bas de sa feuille de paie.

Face à cette situation contraire aux principes statutaires, la CGT a d’ailleurs introduit un recours auprès du Conseil d’État.

Pour se limiter à deux illustrations supplémentaires, notons que le salaire d’entrée dans la catégorie B ne se situe que 0,8 % net mensuel au-dessus du salaire minimum et que celui de la catégorie A n’est supérieur au SMIC que de 10,5 % depuis le 1er janvier !

De nouveau, cela démontre que les seules réformes catégorielles et leurs dispositifs parcellaires constituent des palliatifs qui, sans augmentation générale, conduisent à des détériorations inacceptables de la grille indiciaire.

Il faut donc d’urgence revaloriser le point d’indice.

Plus que jamais, la CGT revendique une première mesure à hauteur de 10 %, un mécanisme d’indexation sur l’inflation et des mesures fortes pour parvenir à l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.

Retraites, pouvoir d’achat : la CGT estime que, dans l’unité et sans attendre, l’heure est à construire les mobilisations indispensables pour s’opposer aux mauvais coups et gagner sur nos revendications !

Télécharger ci-dessous le communiqué.



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20