1111
  • Article publié le 3 novembre 2022
  • /
  • 205 visites

Salaires Fonction publique : il faut ouvrir les négociations !

Le ministre de la Transformation et de la Fonction publique a déclaré le 18 octobre que la question des salaires des fonctionnaires serait abordée à partir de janvier 2023. D’ici là, l’inflation aura eu le temps de continuer à galoper, et les fonctionnaires se seront un peu plus appauvris.

Indexation du point d’indice

Le point d’indice, qui préside aux destinées salariales des travailleurs des trois fonctions publiques (d’État, territoriale et hospitalière) a été revalorisé de +3,5 % en juin dernier – ce qui donne sans doute au ministre le sentiment qu’il n’y a pas d’urgence.
Mais cette revalorisation vient après un gel qui dure depuis 2010 (hormis deux augmentations de 0,6 %... en 12 ans !).

Conséquence : la perte du pouvoir d’achat des fonctionnaires (calculée selon l’indice des prix à la consommation) atteint 12 % par rapport à 2010.

La question de la revalorisation des salaires est d’autant plus prégnante que l’inflation est très élevée.
La première des priorités, c’est la revalorisation immédiate des salaires de 10 %.

Elle doit être accompagnée de l’ouverture d’une négociation autour des salaires, d’autant plus nécessaire - quoiqu’en pense le ministre - que les salaires sont bas.

Mais cela ne suffit pas. Le gouvernement refuse d’indexer le point d’indice sur les prix en mettant en avant le risque de « boucle inflation-salaire » ou « spirale inflationniste ». Or l’indexation existe dans d’autres pays européens, comme la Belgique, sans incidence sur l’inflation.

« Il faut rétablir l’indexation de la valeur du point d’indice sur l’inflation, qui existait jusque dans les années 80 » martèle Patrick Désiré, secrétaire national du Pole revendicatif de l’UFSE (union fédérale des syndicats de l’État).

Revalorisation des grilles indiciaires
Le salaire minimum dans la fonction public est aligné sur le smic. Il est donc revalorisé automatiquement, en même temps que le smic. Mais ces augmentations créent un tassement des grilles indiciaires. Pour les 5 premiers échelons du premier grade de la catégorie C, changer d’échelon ne donne pas forcément d’augmentation de salaire.
Cela pose un réel problème : pendant plusieurs années, un agent recruté en catégorie C n’aura pas d’évolution de salaire.

Alors que le gouvernement dit vouloir ouvrir une réflexion sur le système de rémunération des fonctionnaires début 2023, « nous voulons une ouverture immédiate des négociations sur les grilles pour prendre en compte ce tassement » conclut Patrick Désiré

Ensemble, construisons la prochaine journée nationale de grève et de mobilisation du 10 novembre pour exiger une augmentation des salaires et des pensions.

Source : cgt.fr



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20